Voir le deal
270 €

Partagez
 

 Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]

Aller en bas 
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyMar 5 Nov - 15:53

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED


« Rosalie ne bouge pas, je vais te nettoyer la bouche tu as plein de nutella. », lança Jared en retournant vers la cuisine revenant avec un sopalin imbibé d’eau qu’il appliqua autour de la bouche de la petite fille qui se laissa faire sagement.
« Maman elle m’achète pas de nutella, elle dit que c’est pas bon d’en manger trop. »
« Et elle a raison, il faut pas trop en manger, mais tu viens pas souvent chez moi alors c’est un peu la fête, non ? Bon par contre tu dis rien à maman hein, ça reste entre nous sinon je vais me faire gronder. »
« Maman elle te gronde toi aussi tonton Jared ? »
« Oh que oui et crois-moi, je préfère ne pas la mettre en colère alors tu lui dis rien, promis ? », lui demanda le policier.
« Promis, je peux aller jouer avec Leliott ? », répondit la petite fille en désignant de la main le berger allemand du policer qu’elle appelait « Leliott » .
« Oui tu peux, mais vous restez calme hein, ta maman va pas tarder à venir te chercher. »

Jared laissa Rosalie avec Eliott, le berger allemand était impressionnant mais c’était un chien gentil, doux et affectueux et surtout d’une grande patience avec les enfants. Rosalie ne risquait rien, d’ailleurs elle avait toujours été très douce avec le chien et le policier ne craignait pas de les laisser tous les deux tandis qu’il rangeait la cuisine. Son amie Candice lui avait laissé sa fille pour l’après midi tandis qu’elle était sortie pour faire quelques courses. Candice et lui se connaissaient depuis six ans et Jared était dans leur vie depuis que Rosalie était tout bébé. Au départ, Jared n’avait été que le flic chargé de prendre sa déposition mais en apprenant ce qu’avait subit Candice, il s’était impliqué beaucoup plus personnellement et l’avait aidé à s’installer puis à trouver ses marques à Edimbourg, ville qu’il connaissait par coeur. Leur relation avait évolué vers une grande amitié et Jared avait vu grandir Rosalie, si bien qu’elle avait fini par l’appeler « tonton Jared ». Cette après midi, ils étaient donc sortis se promener un peu avec Eliott puis étaient rentrés pour faire des crêpes pour le goûter. Rosalie était une enfant curieuse, elle adorait être stimulée et c’est ce qui en faisait une enfant attachante mais qui exigeait de la part de sa mère de lui consacrer du temps et de l’attention. Ce n’était pas le genre de gamine que l’on collait devant des dessins animés pendant des heures et Candice n’était de toute façon pas le genre de mère à en abuser. Jared et Rosalie avaient donc préparé des crêpes puis la petite avait goûté avec et il lui avait préparé un chocolat chaud. Il s’était attaché à cette gamine autant qu’il s’était attaché à sa mère.

Lorsqu’il entendit la sonnette, Jared vint ouvrir la porte à son amie et se retrouva fasse à une montagne de sacs. « Oula, tu as dévalisé les magasins ou quoi ? Donne, je vais t’aider ». Il l’aida à se débarrasser de ses divers sacs et récupéra son manteau qu’il rangea sur un porte-manteau. « Maman !!! » s’écria Rosalie en fonçant retrouver sa mère. Eliott vint lui aussi saluer la jeune femme, fouettant l’air de sa queue et venant doucement renifler sa main pour l’accueillir. Candice avait fort à faire avec sa petite fille et son boulot, elle avait peu de temps pour elle et ces trop rares après midi ou elle s’occupait d’elle pour sortir ou faire des courses étaient importantes. Jared s’efforçait au mieux de garder Rosalie qui était heureuse de voir celui qu’elle appelait « tonton » mais aussi contente de retrouver sa mère à la fin de l’après-midi. Le policier devait pourtant avouer qu’il avait aussi envie de passer du temps avec son amie. « Assied toi. Tu veux boire quelque chose ? Un thé ou un café ? » lanca t-il en retournant derrière sa cuisine américaine laissant Candice et sa fille se retrouver.

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyMar 5 Nov - 18:04

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

C'était rare que Candice prenne du temps pour elle. Elle était mère célibataire d'une petite fille de cinq ans, autant dire que ses journées étaient plus que bien remplies. Surtout que toute sa famille vivait à Salisbury, dans le le sud de l'Angleterre, à l'autre bout du pays. Partir vivre en Ecosse avait plus été un choix par défaut qu'autre chose, à l'époque...

Heureusement qu'elle avait Jared, en fait. Cet homme qui avait été choisi pour prendre sa déposition, alors que l'affaire de Candice n'était pas du tout dans sa spécialité. Elle avait dû l'émouvoir, avec ses bleus et ses larmes dues aux hormones, parce qu'elle était enceinte de Rosalie à l'époque. Enfin, heureusement qu'il avait été là pour l'aider à faire sa déposition, et surtout pour l'aider à se sentir un peu plus chez elle dans cette ville bien plus froide que Londres.

Si au départ, leurs relations n'étaient dues qu'à l'affaire, il avait fini par devenir un excellent ami, et Rosalie, quand elle avait commencé à parler, l'avait même surnommé tonton. Un mot que ni Candice, ni Jared ne lui avaient soufflé. Mais le surnom était resté, et Candice devait dire qu'avoir un frère comme Jared devait plutôt être une bonne chose. L'homme était protecteur mais sans s'imposer, et elle savait pouvoir l'appeler à l'aide quand elle en avait besoin.

Comme aujourd'hui, où elle lui avait confié Rosalie le temps de faire quelques courses. De quoi manger, et surtout des vêtements d'hiver pour sa fille, qui avait profité de l'automne pour prendre quelques centimètres. Pas grand chose pour elle, parce qu'elle n'en avait pas tellement les moyens et n'en avait pas besoin.

Ses achats en main, elle se décida à retrouver Jared et Rosalie chez le policier, heureuse d'avoir eu le temps de faire tout ce qu'elle avait prévu. Elle n'aimait pas confier sa fille trop longtemps, même si elle faisait entièrement confiance à son ami, parce qu'elle avait toujours peu de le déranger. Bien que Rosalie soit une petite puce adorable et pas trop embêtante, surtout depuis qu'elle était sortie de la période des questions en rafale.

Elle sonna donc chez Jared, souriant quand il vint l'aider à décharger tout ce qu'elle avait entre les mains. Elle n'avait pas de voiture, et n'avait pas pris le temps de tout déposer chez elle avant de rejoindre Jared et Rose, et elle le regretterait sans doute un peu sur le chemin du retour.

« Pas tant que ça... Mais le manteau de Rose prend de la place ! » marmonna-t-elle.

Les affaires d'hiver en général étaient plus volumineuses que celles d'été. Mais il fallait qu'elle rhabille sa fille avant qu'elle n'attrape froid, ou que quelqu'un n'appelle les services sociaux. Déjà qu'en tant que mère célibataire, elle se prenait beaucoup de réflexions...

« Hey bichette, ta journée s'est bien passée ? » demanda-t-elle ensuite à Rose, qui déboulait du salon.

Candice s'était accroupie pour réceptionner sa fille, la serrant doucement contre elle, son nez venant se nicher dans les boucles brunes de l'enfant. Une habitude qu'elle avait prise la première fois qu'on lui avait mis son bébé dans les bras, et qu'elle n'avait pas quitté depuis. De sa main libre, elle vint caresser Eliott, qui semblait tout heureux de la voir, sa queue fouettant l'air.

« On a promené Leliott, puis on a fait des crêpes puis on les a mangé. Avec du nu... Du cocolat ! » rectifia fièrement Rosalie, retraçant sa journée avec moult détails.

Candice esquissa un sourire, imaginant sans peine que Jared avait servi du nutella à sa fille. Si elle-même avait banni la pâte à tartiner de chez elle, elle n'allait pas lui en vouloir d'en avoir donné à Rose - surtout que la petite semblait toute fière de ce secret partagé avec son tonton.

Rosalie la laissa dans la cuisine, retournant dans le salon joué avec Eliott, parlant au chien comme s'il était en capacité de la comprendre. Il fallait pourtant dire qu'Eliott, en bon chien, était assis près de la petite fille, sa tête légèrement penchée sur le côté, attentif à la moindre parole, même s'il ne comprenait rien.

« Je veux bien un thé, s'il te plaît » répondit-elle à Jared tout en s'installant au comptoir. « J'ai l'impression que votre journée s'est plus que bien passée » ajouta-t-elle en souriant.

Elle n'en était pas surprise, mais elle aimait savoir que Rosalie avait d'autres figures de confiance. Et savoir qu'elle pouvait compter sur Jared l'aidait aussi beaucoup au quotidien. Il l'aidait beaucoup les jours où elle avait l'impression de tout rater et remettait en question tous ses choix de vie - dont la décision d'avoir garder Rose alors qu'elle était seule et n'avait aucune piste pour contacter le père.

« Pas trop fatigué, toi ? Comment ça se passe au travail ? »

Jared ne lui raconterait rien de trop confidentiel, mais elle aimait l'entendre parler des petites affaires du poste de police, et il avait parfois des anecdotes drôles ou touchantes. Elle aurait sans doute eu du mal à faire son métier, mais il était passionné et elle aimait l'écouter en parler.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptySam 9 Nov - 17:15

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED


Jared était heureux de voir débarquer son amie, Candice lui avait tout de suite inspiré l’envie de la protéger. Oui elle était vulnérable enceinte et seule et le côté protecteur du policier lui avait donné envie de l’aider. Pour autant, si elle était restée dans sa vie, c’était qu’elle était bien plus qu’une femme en détresse. Candice était une femme forte, honnête, droite et généreuse et tous deux avaient noué une amitié solide et durable. Leur complicité n’était plus à prouver et attachement qu’éprouvait Jared pour Rosalie était plus puissant qu’il n’avait plus l’imaginer au départ. Il aida son amie à déposer les affaires qu’elle avait acheté pour Rose. Décidément, même quant elle avait du temps pour elle elle le prenait pour s’occuper de sa fille. Jared n’était pas parent, il ne pouvait pas forcément comprendre à quel point s’occuper d’un enfant était un job de tous les instants, il espérait pourtant le devenir un jour. Il avait peut être déjà trouvé la personne qui lui donnerai un jour envie de se lancer. Rosalie fonça dans les bras de sa mère, manqua de peu de lui dire au passage qu’elle avait mangé du nutella. Elle se rattrapa à temps mais il vit dans le regard que Candice lui lança que la jeune femme n’était pas dupe. Ça la fit sourire tandis que le policier faisait un clin d’oeil à sa petite complice du jour qui semblait particulièrement fière d’avoir « gardé » le secret.

Il invita ensuite Candice dans le salon, et lui proposa une boisson chaude tandis que Rosalie retourner jouer calmement avec Eliott. Elle s’installa au bar tandis qu’il faisait bouillir de l’eau pour le thé de la jeune femme et qu’il mettait une capsule dans sa machine pour se faire un café. « Bon alors je suis pas un grand consommateur de thé donc j’ai pas grand chose, un thé à la menthe, ça te va ? » Candice enchaîna en remarquant qu’ils avaient du passer une bonne journée à en croire les paroles de sa fille. « Oui On est allé un peu marcher pour permettre à Eliott de se dégourdir les pattes, il n’est pas fait pour rester enfermé toute la journée. Rose a été très sage et ensuite, je savais que faire des crêpes ça lui plairait. C’est un plaisir de la garder, tu as fais du bon boulot avec elle. » Le policier tenait à ce que son amie sache à quel point il l’admirait d’avoir élevé seule une enfant et d’en avoir fait une petite fille heureuse, attachante, curieuse et enjouée. Candice l’interrogea ensuite sur son travail, Jared soupira. Il n’avait jamais eu aucun problème à parler de son boulot avec Candice, il savait quelle était la limite à ne pas dépasser, ce qu’il pouvait dire et ce que son devoir de réserve lui interdisait de divulguer. « C’est un peu compliqué en ce moment, je suis sur une affaire qui me donne du fil à retordre, c’est assez frustrant, tu sais à quel point j’aime être performant dans mon boulot. L’autre jour j’étais en intervention et je me suis ramassé un pot de peinture bleu sur la figure. Non seulement j’ai pas réussi à attraper les coupables mais en plus ça a ruiné mon costume et j’ai été affublé par un collègue du surnom "le schtroumpf" », répondit-il en versant l’eau chaude dans une tasse et en s’emparant d’un sachet de thé avant de les déposer sur le bar devant son amie. Candice savait à quel point il détestait être humilié publiquement, elle pourrait comprendre qu’il l’avait mal vécu sur le coup. « Tonton Jared c’est le stroumpfs Grognon ! », lança en riant Rosalie qui écoutait la conversation tout en jouant. « Non c’est pas vrai Rose, je suis pas un stroumpf et je suis pas grognon. D’ailleurs je suis sûr que ta maman est d’accord avec moi, pas vrai Candice ? », répondit le policier en réparant son café pour s’accouder au bar en face de son amie.

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyDim 10 Nov - 6:45

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

Rosalie semblait plus que ravie de sa journée avec Jared, ce qui fit sourire la jeune mère. Elle appréciait son ami, qui avait été un réel secours quand elle était arrivée là en ne connaissant personne. Mais voir Jared et Rose nouer une relation avait quelque chose d'un peu magique - surtout quand elle pensait au complet hasard qui avait fait rentrer Jared dans sa vie, quelques années plus tôt. Ça ne tenait à rien, et il était maintenant l'oncle préféré de sa petite princesse.

Après avoir écouté le résumé express de sa fille, Candice rejoignit son ami dans la cuisine. Elle n'était pas dupe du petit secret que ces deux-là gardaient, mais ça l'amusait plus qu'autre chose. Ce n'était pas un méchant mensonge, et si Candice essayait de manger des choses plus locales et bio, elle n'en voulait pas non plus à Jared de gâter Rosalie.

« Un thé à la menthe sera parfait » lui fit-elle tout en prenant place au comptoir.

Elle était déjà presque sûre que la pauvre boîte de thé n'était dans l'appartement de Jared que pour elle... Elle n'allait pas non plus faire la fine bouche. Elle aimait l'odeur douce de la menthe et appréciait d'en boire de temps en temps, même si ce n'était pas son thé préféré. Mais en bonne consommatrice de thé, elle en avait un placard plein chez lui, lui permettant de varier et de profiter des mille et une saveurs qu'elle appréciait.

Candice sourit tout en écoutant Jared raconter à son tour sa journée. Il loua le comportement de Rosalie, et elle ne put que sourire doucement, son cœur de maman fondant de fierté. Elever seule cette petite fille n'avait pas toujours été simple, mais elle était ravie maintenant d'avoir tenu bon. Les années passant, tout semblait devenir plus simple.

« Je crois qu'elle est plus sympa avec les autres qu'avec moi ! » se plaignit-elle dans un sourire. « Enfin, c'est normal. Je suis son point de repère, alors c'est avec moi qu'elle teste ! »

C'était dans ces moments-là qu'elle regrettait d'être seule, généralement. Elle n'avait personne à qui passer la main quand Rosalie la titillait trop, ou qu'elle était fatiguée, stressée par sa journée. Il n'y avait qu'elle, et il fallait qu'elle se force à oublier ses propres soucis pour s'occuper au mieux de ceux de sa fille.

Mais l'heure n'était pas à commenter son rôle de mère dans les moins détails. Elle avait encore un bon moment de libre avant de devoir laisser Jared finir sa soirée tranquillement, et elle voulait en profiter pour papoter avec lui. Elle commença par lui poser des questions sur son travail, toujours curieuse d'en savoir un peu plus sur ce quoi il enquêtait.

« Je n'ai jamais compris pourquoi un type aussi perfectionniste que toi était devenu flic... Je ne peux que t'imaginer bouillant d'impatience quand l'enquête n'avance pas aussi vite que tu le voudrais » dit-elle en souriant.

Candice savait pour l'avoir vécu malgré elle combien une enquête pouvait être longue et complexe. Combien les inspecteurs pouvaient buter des mois sur un élément avant d'en trouver la clé. Jared, qui était généralement assez compétitif, avait parfois du mal avec ces longues périodes de recherches et de pistes avortées.

Mais avant qu'elle n'ait pu le réconforter en lui disant qu'ils étaient certainement proches du dénouement, elle se retrouva à pouffer de sa mésaventure au travail. Elle s'efforçait pourtant de garder son sérieux, sachant combien Jared détestait qu'on se moque de lui, mais rien que d'imaginer la scène... C'était plus fort qu'elle !

Elle referma les doigts autour de la tasse qu'il lui tendait, savourant la chaleur qui s'en dégageait. Se concentrer là-dessus l'aida à garder son calme quand Rosalie, qui avait beau sembler plongée dans son jeu avec Eliott, taquina à son tour Jared.

« Tonton Jared t'a laissé faire des crêpes, tu ne devrais pas trop le taquiner » dit-elle à sa fille, sans pour autant la contredire.

Schtroumpf Grognon, ça lui allait plutôt bien, qu'il le veuille ou non. Surtout qu'elles le disaient gentiment et n'avaient pas pour but de le blesser. Elle ne voulait pas trop remuer le couteau dans la plaie, sachant combien il avait dû être vexé.

« Mes mésaventures sont beaucoup moins cool... La semaine dernière, j'ai lutté avec un des mes clients qui voulaient offrir des chrysanthèmes à sa femme parce qu'il trouvait que c'était de si jolies fleurs » soupira-t-elle. « Peut-être que je t'ai épargné du travail ! Si on m'avait offert des chrysanthèmes pour mon anniversaire de mariage, je suis presque sûre que j'aurai tué mon mari ! »

Elle comprenait l'homme. Elle aussi les trouvait très jolies, ces fleurs. Mais elles étaient traditionnellement utilisées pour décorer les cimetières à cette époque de l'année, et n'étaient définitivement pas de bonne augure quand elles étaient offertes à une femme.

Elle but quelques gorgées de son thé, savourant le goût mentholé et la chaleur qui se répandait en elle, après avoir passé la journée dehors, à aller d'un magasin à l'autre.

« D'ailleurs, quand est-ce que tu viendras acheter des fleurs chez moi ? » lui demanda-t-elle, plaisantant, mais un peu curieuse tout de même.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyLun 11 Nov - 6:30

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED

Quand Jared gardait Rosalie, la petite fille était adorable. Le policier était bien conscient que si elle était si sage, c’était que sa mère l’avait bien éduquée, mais aussi parce qu’il représentait une figure adulte avec laquelle elle pouvait s’amuser et qui n’avait pas la charge de son éducation avec tous les aspects difficiles et les crises de larme que ça impliquait. Jared était le gentil tonton avec le gentil chien chez qui elle faisait des crêpes au nutella, qui la gâtait et lui autorisait des choses qui étaient bannies de chez elle, c’était facile pour lui de se faire aimer. « J’ai le beau rôle parce que je ne suis pas chargé de son éducation et qu’on ne fait que s’amuser ensemble. Je suis le gentil tonton avec le gentil chien mais comme tu l’as dit, son point de repère c’est toi. Si elle a été aussi sage c’est grâce à toi, tu es une super maman. »

En lui servant son thé, il lui raconta sa dernière mésaventure de travail avec le pot de peinture. Il en avait déjà parlé à Emily, cette expérience l’avait mise dans un tel état de rage qu’il avait besoin d’évacuer sa frustration.  Il l’écouta ensuite parler de son étonnement quant au fait qu’un homme comme lui puisse être policier, lui qui était si méticuleux et sui perfectionniste. Parfois la justesse des remarques de Candice lui revenait en pleine figure, elle avait raison, c’était plutôt étonnant comme choix de carrière quant on le connaissait, son passé et son dégoût pour l’injustice avait beaucoup joué dans le fait qu’il soit devenu flic. Il ne savait pas s’il était fait pour être dans la police, mais il aimait son boulot. Jared était un homme de devoir, il avait besoin de se mettre au service d’une cause plus grande que lui et compte tenu de ce qu’il avait vécu dans son enfance, il avait choisi la justice comme cause à servir. Rosalie se moqua gentiment de lui en le traitant de stroumpf grognon, Candice la reprit mais sans pour autant invalider sa remarque. « Je rêve ou tu ne l’as pas contredite ? », lança Jared avec un air mi-boudeur, mi suspicieux, validant ainsi lui-même la remarque de Rosalie. Il reprit sur un ton un peu plus sérieux à l’adresse de son amie. « Tu sais que j’aime mon boulot. Oui les temps de latence quant une enquête piétine sont difficile à vivre quant on aime comme moi faire bouger les choses et qu’on a un sens aigu du devoir. Quant je n’arrive pas à résoudre une affaire ou qu’elle est classée sans suite par un juge c’est extrêmement frustrant. Pourtant y’a rien de plus satisfaisant que de garantir la sécurité des citoyens, protéger une famille ou rendre justice à quelqu’un en arrêtant un coupable. Je trouve que les motifs de satisfaction sont plus nombreux que ceux de frustration. Quand j’ai pris ta déposition par exemple, j’avais l’impression de faire quelque chose d’important, quelque chose qui pouvait te mettre en sécurité. C’est pour ça que c’est important pour moi, pour avoir l’impression de pouvoir faire quelque chose, même si ça ne marche pas toujours. » Il s’étonnait toujours à quel point il pouvait être loquace avec Candice alors qu’il était plutôt d’un naturel taiseux, ils se connaissaient depuis six ans maintenant et la confiance entre eux était solide.

Il l’écouta ensuite parler de sa mésaventure avec les chrysanthèmes et il pouffa de rire en imaginant la réaction de Candice face à cet homme qui pensait qu’offrir des chrysanthèmes à sa femme pour leur anniversaire de mariage était une bonne idée. « Oui je crois que tu viens de sauver la vie d’un homme. J’avoue que même moi qui n’y connais strictement rien en fleurs je sais qu’offrir des chrysanthèmes c’est le summum du mauvais goût. »

Il bu une gorgée de café et afficha un sourire en reposa sa tasse sur le bar lorsque Candice lui demanda quand est-ce qu’il comptait passer acheter des fleurs dans sa boutique, subtile manière de lui demander s’il fréquentait une femme. « Wahou, tu as tenu dix minutes avant de me demander des nouvelles de ma vie sentimentale, félicitation tu t’améliores », la taquina t-il. Oui il voyait quelqu’un et il était même très amoureux. D’habitude, il refusait toujours de répondre aux questions de Candice sur le sujet, non pas parce qu’il ne lui faisait pas confiance, mais parce que ses histoires étaient des histoires d’un soir, de quelques jours ou au plus de quelques semaines. Ca ne valait pas le coup d’en parler à des gens qui comptaient dans sa vie comme Candice, il ne voulaient pas créer à ses proches de faux espoirs alors qu’il savait qu’il ne voulait pas de relation longue avec les femmes qu’il fréquentait. Seulement voilà, il y a de cela quelques semaine une femme pas comme les autres avait déboulé dans sa vie. Emily. En à peine quelques semaines il était tombé amoureux d’elle, pour la première fois il se projetait dans une relation sérieuse. Elle méritait qu’il parle d’elle à Candice, sans en dire trop à ce stade. Le hic, c’est que puisqu’il évitait d’habitude le sujet, il ne savait pas trop comment en parler. Jared était du genre pudique vis à vis de ses sentiments. Mal à l’aise, il se passa une main sur la nuque, signe de gêne chez lui.« Il est possible que je te commande plus de fleurs oui. J’ai rencontré quelqu’un, c’est sérieux, enfin on ne peut préjuger de rien mais je veux vraiment que ça marche avec elle. Elle n’est pas comme les autres. Elle me plaît vraiment. » Il était amoureux, sa réaction et ses yeux fuyants en disaient bien plus que ses mots mais il tenait à préserver leur relation à Emily et lui, leur laisser le temps avant de la présenter à ses proches. « N’essaie même pas de m’en demander plus, tu en sauras davantage en temps voulu. », lança t-il en tentant de lui couper l’herbe sous le pied. Il connaissait la curiosité de son amie quant à sa vie amoureuse et il savait qu’elle avait envie qu’il trouve quelqu’un, elle voudrait sans doute en savoir un maximum mais il n’y était pas encore prêt. « Tonton, tu as une amoureuse ? » lança Rosalie en se rapprochant d’eux. Le policier leva les yeux au ciel, il était cerné.

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyLun 11 Nov - 12:29

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

Candice devait l'avouer, c'était toujours agréable qu'on valide la façon dont elle éduquait Rosalie. Elle avait fait de son mieux, malgré l'enquête, malgré le fait qu'elle était seule. Elle avait plusieurs fois cru s'y perdre, entre le travail monstre qu'elle faisait pour se lancer en tant que cheffe d'entreprise et le fait d'éduquer un bébé.

Elle rougit donc un peu sous le compliment de Jared. Lui n'avait droit qu'aux bons côtés de la petite puce, parce qu'il était son gentil tonton et qu'il était toujours cent pourcent disponible pour elle quand Candice la déposait chez lui. Et parfois, la jeune mère était un peu jalouse de cette relation qu'ils avaient. Mais elle était aussi douloureusement consciente qu'elle ne pouvait pas être l'amie de Rosalie - au risque de faire de son enfant une petite bien trop gâtée et sans limites.

« Je suis contente que tu sois son gentil tonton, vraiment » lui confia-t-elle doucement. « Elle a au moins l'image d'un adulte cool dans sa vie. Elle t'adore. »

Elle était presque sûre qu'elle ne le lui avait jamais dit, mais Jared était un bon modèle pour Rosalie. Il n'était pas une figure paternelle, et Candice ne lui demanderait jamais de l'être, mais sa fille avait au moins une figure masculine dans son entourage. Candice était soulagée qu'elles s'entendent toutes les deux si bien avec le jeune inspecteur - au point que si Rosalie l'appelait tonton, Candice le considérait un peu comme un petit frère.

Une relation qui lui permettait du coup de taquiner Jared, ce dont elle ne se priva pas. L'anecdote du pot de peinture était hilarante, même si elle se doutait que l'humiliation avait dû le brûler. Elle était moins sensible à ce genre de choses que son ami, mais elle n'aurait pas apprécié non plus.

« Tu es un très charmant Schtroumpf grognon, et on t'aime comme tu es » lui avoua-t-elle doucement, un léger sourire aux lèvres.

Ça faisait partie de son caractère, et si elle comprenait qu'il n'aime pas s'en vanter ou en avoir la remarque... Elle ne pouvait pas contredire Rosalie sur ce point. Surtout que ça le rendait un poil attachant, qu'il le veuille ou non.

Elle l'écouta ensuite expliquer pourquoi il faisait son métier, et elle ne put se retenir de hocher la tête. Elle comprenait la satisfaction que ça devait être que de rassembler tous les éléments d'une enquête, petit à petit, jusqu'à voir le tableau se dessiner sous ses yeux.

Tout comprendre, suivre ou non ses intuitions, et puis aussi la satisfaction du travail accompli... La façon dont Jared lui parlait du travail d'inspecteur lui donnait presque envie de postuler à son tour. Mais elle savait qu'elle n'en aurait jamais la patience. Elle n'était pas faite pour ces longs moments d'attente et de recherche. Elle n'avait même pas vraiment le réflexe de se battre pour les injustices ou de rapporter les délits qu'elle voyait. Elle avait vu la drogue et la prostitution mais n'avait rien dit...

Elle sirota son thé avant d'enfin poser la question qui lui brûlait les lèvres. Autant une taquinerie entre eux qu'une vraie curiosité chez elle... Jared était un homme adorable et respectueux, et tout ce qu'il fallait pour séduire une femme, elle en était consciente, même si elle le voyait comme un petit frère grognon. Elle s'intéressait donc de près à sa vie sentimentale - et à celle qui pourrait éventuellement devenir la tata de Rosalie.

« Excuse-moi de m'intéresser à toi » plaisanta-t-elle, mimant une moue triste devant la réponse de Jared.

Surtout qu'il agissait un peu plus étrangement ces dernières semaines. Et si d'habitude, il se défendait avec un refus vif et ferme... Cette non-réponse était une affirmation en soi. Candice se redressa, le regardant toujours, attendant de voir s'il allait craquer de lui-même ou si elle allait devoir l'interroger - et elle savait combien il résistait bien à ses tentatives d'en savoir plus...

Elle n'en eut finalement pas besoin. Jared se débattit un peu avec les mots, mais elle voyait dans son langage corporel combien il était bien attaché à cette fameuse jeune femme. Il fuyait son regard, mais elle avait pu voir l'étincelle dans ses yeux, ce qui la fit sourire.

Il essaya pourtant de l'empêcher d'en savoir plus. Une tentative désespérée, puisque Candice avait toujours été d'un naturel curieux, et que Rosalie la rejoignait dans son envie d'en savoir plus.

« J'aurai tout le temps de la connaître, je l'espère bien. Mais dis-nous au moins comment tu as rencontré ta princesse » demanda-t-elle.

Pas une grosse information, mais de quoi en savoir quand même un peu plus sur la demoiselle qui avait réussi à séduire son éternel célibataire. Et aussi savoir depuis combien de temps ils étaient ensemble, juste pour se donner un ordre d'idées.

Elle était sans doute un peu trop intrusive - mais avec Rosalie, elle ne risquait pas de trouver quelqu'un. Alors elle vivait par procuration, et Jared était son ami le plus proche ici...
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptySam 16 Nov - 14:38

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED

Lorsque Candice affirma à Jared qu’elle était heureuse que sa fille est un modèle adulte comme lui et lui assura qu’elle l’adorait, le jeune homme afficha un sourire timide mais non moins heureux. Le policier s’était profondément attaché à Candice et à Rosalie. Candice lui faisait penser à sa sœur : il avait envie de la protéger et en même temps ils ne loupaient pas une occasion de se taquiner. Il savait qu’il pouvait compter sur elle en cas de coup dur et qu’elle ne le jugerait pas, même si tous deux avaient des caractères et des manières d’agir bien différentes. Quant à Rosalie, il était impossible de ne pas s’attacher à cette petite fille curieuse, vive d’esprit et câline. Il n’aurait jamais pensé l’être, mais Jared était complètement gaga de cette petite qui l’appelait « tonton Jared » et c’est elle qui lui donnait l’envie d’avoir un jour des enfants. Lui qui ne se pensait pas doué avec les gosses se découvrait comme tonton aimant, complice et complètement gâteau.

Il raconta ensuite à Candice sa mésaventure avec le pot de peinture bleue et ça eu pour effet de la faire sourire. Elle le savait fier et orgueilleux et ne fut donc pas étonné lorsqu’il lui fit comprendre qu’il avait très mal pris l’humiliation mais elle appuya tout de même les paroles de Rosalie qui l’avait traité de schtroumpf grognon. Jared râla en avala une gorgée de café, quand les deux demoiselles s’y mettaient ensemble, elles étaient impossibles à contredire. Ce moment avait été difficile parce qu’il avait très mal pris l’humiliation publique qu’on lui avait infligée mais Jared restait  très investi dans son travail. A l’inverse de le décourager, cette mésaventure le motivait encore plus pour mettre la coupable derrière les barreaux. Le policier était patient et il aimait son boulot, un jour ou l’autre il l’arrêterait, il en était certain, aussi douée soit-elle.

Candice ne perdit pas de temps pour l’interroger sur sa vie sentimentale et le policier retrouva sa timidité naturelle. Il avait toujours été très mal à l’aise sur le sujet et il lui suffisait d’habitude de botter en touche pour qu’elle accepte de le laisser tranquille. Pourtant cette fois-ci il n’avait pas envie d’éviter la question, il était profondément amoureux d’Emily, la jeune femme qui partageait sa vie. Candice faisait en quelque sorte partie de sa famille, il voulait que son amie sache qu’il avait rencontré quelqu’un d’important, une relation sérieuse qui méritait qu’il sorte de sa réserve. Pour autant, il ne voulait pas trop en dire, Jared était naturellement réservé et parler de sa vie sentimentale n’était pas dans ses habitudes. Et puis la relation qu’il entretenait avec Emily était forte mais elle était encore récente et ils avaient besoin de laisser vivre leur relation avant de l’exposer au monde extérieur. Candice serait une des première à qui il présenterait Emily, son amie était d’un naturel ouvert et sympathique, même si elle avait toujours tendance à vouloir le protéger. Il sourit au souvenir de la façon dont ils s’étaient rencontrés, l’histoire était pour le moins originale. « Tu vas rire. J’étais sorti me promener avec Eliott et je l’ai vue penchée au dessus du pont qui passe au dessus de la voie ferré près de la gare. J’ai pas vraiment eu le temps de réfléchir et sur le coup j’ai cru à une tentative de...enfin, tu vois. », répondit-il en jetant un regard en coin à Rosalie. La petite était bien trop jeune pour qu’on lui explique le concept de suicide, mais nul doute que compte tenu du contexte, Candice comprendrai de quoi il voulait parler. « Bref, je suis arrivé par derrière et je l’ai attrapée pour la faire descendre de la balustrade. C’est à ce moment là où, croyant que je l’agressais, elle m’a dit qu’elle allait me mordre si je ne la lâchais pas. » Il avala une gorgée de café, secouant la tête de gauche à droite à l’évocation de ce drôle de souvenir. « Je l’ai lâché et on s’est expliqués, on a vite compris le quiproquo. En réalité elle faisait des photos, elle n’avait aucune pensée tragique. Pour me faire pardonner de mon erreur, je l’ai invitée prendre un café, on a tout de suite senti l’alchimie, on s’est revus et … on est ensemble maintenant. » Il se passa une main sur la nuque, signe chez lui d’un certain malaise, puis reprit. « Si je t’en parle, c’est qu’elle est spéciale pour moi tu vois... » Il n’en dit pas plus, il comptait sur le fait que son amie comprendrait qu’il était amoureux et qu’il ne s’était jamais sentit aussi bien avec quelqu’un, parfois les mots était superfétatoires et il était beaucoup trop réservé pour le dire à voix haute.

« Tu es avec une princesse tonton Jared ? Mais t’es pas un prince toi pourtant ». Jared éclata de rire à la remarque de Rosalie. « Non je ne suis pas un prince, mais elle c’est une princesse pas comme les autres, c’est une aventurière. Elle grimpe très haut pour faire des photos… », répondit-il avec admiration. Il leva les yeux d’un  vers Candice avant d’essayer de se rattraper, d’un air coupable. « ...ce que tu n’as pas le droit de faire...bien sur… c’est dangereux… il ne faut pas grimper partout »

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyDim 17 Nov - 10:02

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

Candice avait adoré observer Jared passé de son rôle de frère protecteur - même s'il était un poil plus jeune qu'elle - à celui de tonton attentionné. La première fois qu'elle avait posé Rosalie dans ses bras, alors qu'elle n'était encore qu'un bébé de quelques jours, elle avait cru qu'il allait s'évanouir, tout inquiet à l'idée de la casser sans le faire exprès. Peu à peu, il avait pris de l'assurance, jusqu'à même accepter de la garder le temps d'une journée, quand Candice avait besoin d'un peu de liberté - notamment en décembre, quand elle devait acheter les cadeaux de Noël de sa famille.

C'était parce que Jared avait cette place si importante dans leur famille - même si elle ne savait même plus quand ou pourquoi Rosalie avait commencé à l'appeler tonton - qu'elle se montrait si curieuse envers ses relations. Il était son frère, et elle voulait s'assurer que la personne dont il tomberait amoureux serait la bonne. Même si elle serait aussi présente pour célébrer leur bonheur que pour récupérer son cœur en morceau, elle préférait quand même ne pas avoir à le réconforter après une rupture.

Elle essaya donc de savoir comment il avait rencontré sa belle, et leva les yeux au ciel quand il commença son anecdote. C'était Jared, bien sûr qu'il avait joué le bon Samaritain quand il l'avait rencontrée... Elle n'en était qu'à peine étonnée, bien trop habituée aux bonnes actions de Jared.

« Elle a cru que tu l'agressais ? » s'assura Candice, en éclatant de rire. « Elle a vite dû se rendre compte que tu es juste le garçon le plus gentil du monde ! »

Assez gentil pour se prendre d'amitié pour une femme enceinte et l'aider à s'occuper du bébé, après tout. Mais s'il était assez à l'aise pour lui avouer qu'il avait quelqu'un, c'était qu'il avait su se faire pardonner auprès de cette inconnue au fort caractère.

« Il n'y a que toi pour rencontrer une telle acrobate » conclut-elle en souriant. « Mais tu es adorable à parler d'elle avec des étoiles dans les yeux ! »

Candice voyait dans son sourire un peu rêveur et ses yeux brillants que Jared était plus qu'attaché à cette jeune femme. Il en était complètement amoureux, et Candice avait hâte de rencontrer l'heureuse élue. Ce serait la première qu'elle rencontrerait, et ça l'intriguait d'autant plus. Que fallait-il pour attirer l'attention de Jared Maxwell ?

La question de Rosalie la sortit de ses pensées, et elle sourit avec tendresse. Forcément, la petite trouvait déjà que la petite-amie était une princesse. Elle n'avait du voir que le côté acrobaties et photograhie de la rencontre, sans se rendre compte combien il aurait été facile de tomber et de se faire mal, ou pire. La douce inconscience des enfants de cinq ans - une naïveté et une innocence qu'elle s'efforçait le plus possible de conserver.

« Tu devrais l'emmener faire de l'escalade » sourit Candice. « Au moins tu auras un harnais pour la récupérer, plutôt que l'attraper au bord des ponts ! »

Rosalie avait les yeux brillants, et Candice se dit qu'elle allait recommencer à escalader toute la maison quand elles seraient de retour chez elle. Enfin, il lui suffirait certainement de mettre de la musique et de la faire danser pour qu'elle oublie cette phrase.

« Mais je suis contente pour toi, vraiment » lui dit-elle en souriant.

C'était plaisant de le voir heureux et apaisé. Il était son ami, et elle ne voulait que son bonheur après tout. Si elle voulait rencontrer la jeune femme, c'était uniquement pour préserver le cœur sensible de Jared, qu'elle savait trop gentil.

« Tonton Jared ? Elle a un chien ta princesse ? » demanda Rosalie, sa main glissée dans les poils d'Eliott.

La petite avait les yeux brillants. Elle aimait les animaux, tous les animaux, et ce depuis toujours. Autant les deux lapins qui vivaient dans leur salon que le chien de Jared ou tous les petits poilus qu'elle croisait dans la rue. Candice devait souvent la retenir pour ne pas qu'elle se retrouver à tenter de toucher un animal agressif - Rosalie avait encore du mal à comprendre que tous n'étaient pas des peluches à câliner, comme Eliott. Nul doute que la jeune femme gagnerait des points si Jared répondait par la positive à la question de la petite.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyDim 17 Nov - 17:03

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED

Si au tout début de leur amitié, Jared avait cru venir en aide à une demoiselle en détresse, il s’était vite aperçu qu’il s’était trompé sur Candice. Certes elle était enceinte dans une ville qu’elle connaissait à peine et fuyait un lourd passé mais c’était une femme forte et solide. C’était d’ailleurs ce qui l’avait poussé à fuir son ancien patron. Là ou d’autres femmes seraient restées par peur des représailles, Candice avait eu le courage de fuir pour les mettre elle et son bébé à naître à l’abri. Elle l’avait d’abord accueillie avec suspicion, se demandant ce que ce flic lui voulait. Après tout, elle avait côtoyé pas mal d’homme qui ne s’était pas toujours montrés bienveillant envers elle et même avec la meilleure volonté et toute la patience du monde, Jared avait bataillé ferme pour qu’elle le laisse l’aider et davantage encore pour qu’elle lui fasse confiance. Lorsqu’elle avait posé Rosalie dans ses bras pour la première fois, il avait su que la jeune femme lui faisait confiance et qu’elle était prête à le laisser entrer définitivement dans leur vie. Il n’en avait pas mené large ce jour là, il n’avait jamais tenu un bébé dans ses bras et il était mort de trouille à l’idée de casser ce petit être fragile et vulnérable en faisant un geste trop brusque. Il était resté tout proche de Candice pour se rassurer mais Rosalie qui ne semblait pas lui vouloir d’être si mal à l’aise et lui avait offert un joli sourire. Ils parlaient peu du père de Rosalie, Jared savait simplement que le père n’avait pas connaissance de inexistence de son enfant et Candice n’avait jamais voulu en dire davantage.

Comme il s’y attendait, Candice éclata d’un rire franc à l’écoute du récit de son ami. Il était vrai qu’il était plus du genre Saint Bernard que Doberman. «  A sa décharge je suis arrivé par derrière, elle ne pouvait pas savoir à qui elle avait à faire mais elle a vite compris que je ne lui voulais aucun mal. » Il avait eu peur qu’en le voyant arriver, la jolie blonde qu’il pensait avoir des pulsions suicidaires ne se jette dans le vide, il avait donc préféré la prendre par surprise, quitte à ce que ce soit désagréable pour elle, il n’avait pas voulu prendre le moindre risque. Il baissa les yeux lorsqu’elle lui confia qu’elle le trouvait touchant à parler de sa copine avec des étoiles dans les yeux. Il était sobre dans ses mots parce qu’il n’était pas du style à faire des envolées lyriques, mais comme il s’y était attendu, Candice avait parfaitement compris à sa façon de se comporter qu’il voulait que la jeune femme qui partageait actuellement sa vie y reste pour longtemps.

Il répondit avec tendresse à la question de Rosalie qui voyait déjà Emily comme une princesse. Candice ne rata pas l’occasion de le taquiner un peu, lui conseillant de lui faire faire de l’escalade pour canaliser son énergie. « Oula, si je l’emmène faire de l’escalade, je resterai en bas, tu sais que j’ai le vertige et que la hauteur et moi ça fait deux. Une fois elle m’a emmené dans une grande roue sans savoir, j’ai pas voulu lui dire que j’avais peur du vide. Je me suis retrouvé à faire une crise d’angoisse au sommet de la grande roue. Heureusement qu’elle m’a aidé à traverser ça mais je peux te dire qu’on a fait qu’un seul tour. », répondit le policier à l’évocation de ce souvenir qui avait été aussi celui qui avait conduit à leur premier baiser. Il ne pouvait pas regretter ce moment qui l’avait poussé à sortir de sa timidité pour oser l’embrasser après le passage dans la roue, mais ça n’était pas pour autant qu’il était près à revivre quelque chose de similaire.

Il afficha un sourire attendrit lorsque Rosalie lui demanda si sa princesse avait un chien, la main dans le poil d’Eliott. « Non, elle n’a pas de chien mais c’est parce qu’elle aime les animaux qu’elle n’en a pas. », répondit-il. Devant l’air perplexe de la petite fille Jared reposa sa tasse de café vide et s’approcha de la petite. « Je vais t’expliquer quelque chose. » Il la souleva dans ses bras et fit signe à Candice de les rejoindre sur le canapé. Une fois assis, il reposa Rosalie sur ses genoux. « Elle a beaucoup voyagé et elle n’a pas pu prendre de chien parce qu’il aurait été malheureux. Par contre elle a un cheval qui est resté aux Etats-Unis, loin d’ici, et il lui manque beaucoup mais il elle l’a laissé là bas parce qu’il a tout ce qu’il lui faut et qu'il est heureux. Alors elle est contente de voir Eliott et elle joue beaucoup avec lui. Et Eliott l'adore, il lui fait la fête comme à toi et à ta maman quand elle vient ici. Tu vois, si un jour ta maman te dit qu’elle ne peut pas prendre un chien, ce n’est pas parce qu’on a pas d’animal qu’on ne les aime pas, bien au contraire. Il faut beaucoup aimer les animaux pour s’en priver quant on sait qu’ils risqueraient d’être malheureux. Pas vrai Candice ? »

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyLun 18 Nov - 14:52

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

Jared était une crème. L'une des meilleures rencontres de sa vie, elle le réalisait maintenant. Au début, elle s'était beaucoup méfiée de l'inspecteur, surtout vu l'expérience traumatisante qu'elle venait d'avoir avec un de ses collègues, à l'époque où elle était strip-teaseuse. Mais il était persévérant, et il avait fini par briser ses barrières pour rester dans sa vie et tenir cette place de petit frère / oncle de Rosalie.

Candice comprenait donc un peu ce que la photographe un peu trop cascadeuse avait dû ressentir en voyant ce grand homme l'attraper d'un coup, pensant la sauver d'un suicide imminent. Elle avait bénéficié de ça des années plus tôt, après tout, et elle ne voyait que trop bien que l'autre femme ait fini par lui ouvrir son cœur. Elle aurait pu se laisser tenter, si elle n'avait pas autant eu le père de Rose en tête, et si elle n'avait pas eu cet amour fraternel pour lui, au fur et à mesure qu'elle apprenait à le connaître.

« Tu sais, tu devrais quand même apprendre à ne pas attaquer des femmes par derrière » dit-elle en souriant. « Parce que certaines d'entre nous ont des bombes au poivre sur elles, et ça aurait été bête que tu perdes la vue quelques jours ! »

Elle en avait toujours une sur elle, depuis Londres et ses débuts au club de strip-tease. Entre les clients un peu trop collants qui la suivaient à la fin de son service, et le fait qu'elle vivait dans un quartier peu cher mais mal fréquenté... Disons qu'elle avait eu plusieurs fois à se défendre d'hommes trop entreprenants et ne comprenant pas ses refus. Et même à Edimbourg, malgré le fait qu'elle vivait dans un quartier plus familial, elle préférait avoir toujours de quoi se défendre.

Jared lui parla ensuite de leur premier rendez-vous, et elle esquissa un sourire tendre. Elle ne s'étonnait même pas qu'il n'ait pas voulu parler de son vertige, parce qu'il était un homme qui n'osait pas avouer ses faiblesses. Mais sur une grande roue, avec le plaisir que prenait les forains à vous faire patienter tout en haut pour admirer la vue... La jeune femme avait l'air d'avoir bien compris le problème et avait su le gérer gentiment.

« Elle a l'air adorable et très à l'écoute » commenta Candice.

Tout ce que Jared lui disait lui donnait hâte de rencontrer la jeune femme. Qui devait être extraordinaire, pour avoir attirer ainsi l'attention du policier, au point qu'il en parle avec des yeux pétillants d'amour qui donnait chaud au cœur de Candice. Elle était un peu jalouse, parce qu'elle n'avait pas ressenti ces émotions toutes douces d'un début de relation. Mais elle était surtout contente pour Jared.

La question de Rosalie la tira de ses pensées et la fit sourire - l'amour de la petite pour les animaux... Sans doute parce qu'elle avait toujours vu Jared avec Eliott, ou leurs deux lapins qui les attendaient sagement à la maison. La jeune femme n'avait donc pas d'animaux, et Candice sourit de l'explication toute douce de Jared. Sans doute un peu trop compliquée encore pour la petite puce, mais effectivement véridique.

« Si elle a un cheval, c'est que c'est une princesse » marmonna Rose, essayant de cacher qu'elle n'avait pas tout compris des explications de son oncle.

Candice sourit, lâchant sa tasse, qu'elle n'avait pas abandonnée quand ils étaient passés sur le canapé, sur la table basse pour glisser sa main dans les cheveux de sa fille. La petite sourit immédiatement, résistant à l'envie de se blottir contre sa mère uniquement parce qu'elle était déjà contre Jared et adorait profiter des câlins de l'homme.

« C'est vrai que quand on voyage, c'est compliqué d'avoir des animaux. Ils sont tristes quand on n'est plus là tous les soirs pour les nourrir et leur raconter notre journée » reprit doucement Candice, sachant combien Rosalie aimait discuter avec leurs lapins. « Souviens-toi comment on a eu du mal à trouver quelqu'un à qui confier nos petits lapins à Noël dernier ! »

Candice était allée, pour la première fois depuis longtemps, passé Noël à Salisbury, dans sa famille. Mais trouver quelqu'un pour nourrir les lapins et changer la litière avait été compliqué. C'était finalement le vieux monsieur propriétaire de la mercerie voisine de sa boutique de fleurs qui avait recommandé une de ses petites-filles, une adolescente qui s'était plutôt bien acquitté de sa tâche.

« Elle aime les animaux au moins » approuva la petite, avant de se blottir contre Jared en souriant.

Candice la regarda, contente de voir qu'ils avaient répondu à ses questions - même si elle allait certainement avoir plusieurs questions sur les animaux et les décisions d'en adopter ou non dans les jours à venir. Elle prêta de nouveau attention à son ami, amusée du tout qu'avait pris la conversation.

« Je suis ravie pour toi, en tout cas. T'es mignon quand t'es amoureux » lui dit-elle, passant une main dans ses cheveux pour les ébouriffer. « Allez, j'ai fini de te torturer. Tu as le droit de me poser des questions en récompense. »

Elle savait combien Jared détestait parler de lui et de ses sentiments, elle lui devait donc bien ça. Parce que mine de rien, il était laissé échapper beaucoup de détails sur l'heureuse élue !
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyVen 29 Nov - 17:43

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED


Candice était une jeune femme attachante, elle en avait vu des vertes et des pas mûres dans sa vie et elle s’était endurcie pour protéger sa fille, mais elle était malgré tout resté cette jeune femme dynamique et optimiste. Il n’avait pas été difficile pour Jared de développer une profonde tendresse pour elle, au point de la considérer comme une sœur. Faisant preuve de sa naturelle bonne humeur, elle le taquina gentiment en lui conseillant de ne plus approcher de femme par derrière sous peine de se prendre un jet de bombe au poivre dans les yeux. « Mais j'ai pas voulu l’attaquer, j’ai voulu la protéger. Bon, je me suis planté, mais je pouvais pas savoir. J’allais quand même pas prendre le risque de la laisser se jeter d’un pont parce que j’avais un doute. D’autant que personne d’autre ne bougeait, ça me dépasse. » C’était sans doute ce qui l’avait le plus choquer dans cette histoire, que personne ne prête attention, que personne n’intervienne pour sortir cette jeune femme d’une situation qu’on pouvait aisément imaginer comme tragique. Parfois l’égoïsme de l’être humain le révoltait.

Il lui raconta ensuite l’épisode de la grande roue et la réaction de son amie lui réchauffa le coeur. Il était très important pour lui que Candice approuve la femme qu’il avait choisit. Elle ne le ferait pas changer d’avis bien sûr, mais il avait envie que les personnes qui faisaient partie de sa vie s’entendent bien parce qu’aucune d’entre elles n’en sortirait. «  Oui elle l’est et c’est un vrai rayon de soleil. Vous vous ressemblez beaucoup en fait. » Maintenant qu’il y pensait, Emily et Candice étaient deux femmes de fort caractère, optimistes et dynamiques, il était persuadé que les deux femmes s’entendraient bien. Il avait hâte de les présenter, mais il savaient qu’Emily et lui avaient encore besoin de passer du temps ensemble avant d’ouvrir leur couple au monde extérieur.

Ils s’installèrent ensuite sur le canapé du salon pour être plus confortablement assis et Jared se lança dans une explication un peu longue sur le fait qu’on pouvait aimer les animaux sans en avoir. Rosalie ne comprit visiblement pas tout ce qu’il tenta de lui expliquer. Jared tâtonnait encore, il ne savait pas exactement ce qui était à la portée d’une fillette de cinq ans et bien souvent Candice le regardait amusée essayer de se dépatouiller dans ses explications. C’est avec une brande simplicité et beaucoup de pédagogie, faisant appel aux souvenirs de la petite fille, que la jeune femme lui expliqua ce qu’avait voulu dire son oncle. Le visage de Rosalie s’illumina tandis que sa mère lui caressait tendrement les cheveux et Jared prit un air boudeur. Il se sentait ridicule de s’être lancé dans un si long monologue auquel la petite n’avait sans doute rien comprit. Rosalie fût le meilleur remède, la petite se blottit contre lui en le faisant complètement craquer si bien qu’il afficha un sourire et déposa un tendre baiser sur le sommet de son crâne. Elle savait comment s’y prendre avec lui.

Candice lui fit part de sa joie de le savoir en bonne compagnie non sans en profiter pour le taquiner sur  le fait qu’il était mignon lorsqu’il était amoureux tout en lui ébouriffant affectueusement les cheveux. Jared s’écarta d’un mouvement de buste et se recoiffa rapidement en râlant. Elle lui donna enfin une porte de sortie, pourtant il s’était étonné lui-même de la facilité avec laquelle il avait parlé d’Emily à Candice. C’était sans doute dû au fait qu’il parlait beaucoup plus facilement à Candice qu’au débit de leur relation, ils étaient devenus très proches aujourd’hui. C’était aussi parce que qu’Emily était spéciale pour lui, il en était profondément amoureux et il se projetait avec elle sur le long terme. Comprenant toutefois qu’il n’en dirait pas plus, elle « l’autorisa » à changer de sujet. Jared sourit, c’était tout à fait son style. « Merci, c’est trop gentil. » , répondit-il avec ironie en lui pinçant doucement la cuisse pour la taquiner à son tour. Puis il reprit son sérieux. « Quoi de neuf pour toi alors ? Tu as l’air un peu fatiguée en ce moment, tu as des soucis ? La boutique tourne bien ? », demanda t-il avec un brin d’inquiétude. Malgré la bonne humeur constante de la jeune femme il la trouvait plus préoccupée ces derniers temps et il espérait que tout allait bien. Elle s’était beaucoup investie dans sa boutique de fleurs aussi bien en temps qu’en argent. Elle avait désormais des clients fidèles mais il suffisait parfois d’un coup dur pour qu’un commerce ferme. Il espérait que le commerce était toujours...florissant. Ou alors, c’était autre chose.

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candice R. Abbrams
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 357 POINTS : 1276 AVATAR + CRÉDITS : Danielle Panabaker (Shilon on tumblr) LIEU D'HABITATION : Appartement, New Town EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyDim 1 Déc - 19:04

Coffee and hot chocolate
Ft. @Jared T. Maxwell

Candice esquissa un sourire. Jared ne pouvait se retenir d'aider les gens, que ce soit dans le cadre de son travail ou quand il se promenait en ville. Après tout, c'était comme ça qu'ils étaient devenus amis. Il avait été ému de la femme enceinte et toute seule qui peinait à trouver ses repères à Edimbourg.

« Une rencontre digne d'un conte de fées... Ça ne pouvait arriver qu'à toi » commenta-t-elle en souriant.

Elle trouvait ça adorable, et il avait eu de la chance que la jeune femme en question ne se soit pas plus défendue que ça. Surtout qu'il en parlait maintenant avec les yeux brillants et un grand sourire, montrant par ces quelques détails combien il l'appréciait. Candice était contente de le voir si heureux, même si elle avait hâte de rencontrer la jeune femme en question. Pour s'assurer qu'elle serait parfaite pour son presque frère mais aussi la remercier de le rendre si heureux.

Une amoureuse de la nature et des animaux, au caractère bien trempé... Candice sourit quand Jared les compara. Savoir ça lui donnait encore plus envie de rencontrer la jeune femme. Peut-être même pourraient-elles devenir amies.

Si Candice avait les commerçants de sa rue ou les mères des copines d'école de Rosalie... Il n'y avait que de Jared dont elle était réellement proche. Comme si elle n'avait jamais essayé de s'intégrer dans la ville, persuadée qu'elle n'y resterait pas longtemps. Et pourtant, son magasin fonctionnait bien, Rosalie adorait son école. Elle n'avait pas de raisons de partir, et il allait falloir qu'elle se fasse à cette idée.

Leurs boissons finies, ils allèrent s'installer au salon, Candice regardant Jared avoir du mal à expliquer à Rosalie pourquoi on pouvait ne pas avoir d'animaux. C'était une chose qu'elle avait toujours adoré chez Jared : il ne parlait pas à sa fille comme si elle était un bébé. Il utilisait des phrases parfois encore un peu trop compliquées, mais il lui parlait correctement. C'était adorable à voir, même si elle devait encore passer derrière, surtout pour donner des exemples. Mais de plus en plus souvent, Rosalie n'avait plus besoin de sa mère pour comprendre.

Elle se demandait si Jared voudrait des enfants, en voyant combien il était un super tonton pour Rose. Il était protecteur et câlin, depuis la première fois qu'elle lui avait mis ce tout petit bébé dans les bras, cinq ans plus tôt. C'était encore tôt pour lui poser la question, surtout qu'elle était bien placée pour savoir combien avoir un enfant était différent de juste garder de temps en temps un enfant.

Candice ne put retenir sa main et vint ébouriffer ses cheveux, même s'il détestait ça. Elle sourit devant ses représailles - un léger pincement sur la cuisse. Une vraie fratrie, capables de se confier l'un à l'autre un instant, puis de se taquiner comme des enfants.

« Oh, oui, la boutique tourne bien. Enfin, on est en novembre donc c'est toujours un peu plus vide. Mais ça va rentrer dans l'ordre avec Noël » le rassura-t-elle.

Elle s'en était inquiétée les premières années, stressant quand elle faisait moins de chiffres d'affaire certains mois. Il n'y avait pas qu'elle, il y avait aussi ce tout petit bébé qu'elle devait faire vivre... Elle avait fini par se faire au rythme de son magasin.

Moins intéressée par la conversation des adultes, Rosalie quitta les bras de Jared. Eliott l'attendait, confortablement couché près des jeux. Elle reprit ses activités, babillant à l'adresse du chien, qui avait les oreilles pointées sur la petite fille, l'écoutant attentivement.

« C'est juste que notre semaine de vacances à Salisbury était géniale mais très fatigante » lui dit-elle.  « Enfin, j'étais contente de revoir mes sœurs ! Et elles ont passé leur temps à gâter Rosalie. »

Candice avait beaucoup d'écart avec ses demi-sœurs, mais elle se sentait plus proches d'elles maintenant qu'elles grandissaient enfin. C'était plus simple de partager avec elles alors qu'elles étaient des adolescentes et aimaient venir chercher ses conseils - au grand dam de leur mère, qui ronchonnait toujours quand les mots de Candice étaient plus écoutés que les siens.

« C'est juste que... » commença-t-elle avant de jeter un œil à Rosalie. « J'ai l'impression d'avoir croisé Thomas en ville. »

Son ex-petit-ami, le policier infiltré qui avait disparu sitôt son enquête terminée. Et qui n'avait pas vraiment de raison de se trouver à Edimbourg. Enfin, elle n'en savait rien, et ne connaissait presque rien de lui. Et peut-être s'était-elle trompée en croyant reconnaître sa silhouette...
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
#AllByMyself
But I survived because that's what women do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t2376-candice-r-abbrams-dani
Jared T. Maxwell
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2019 MESSAGES : 178 POINTS : 1124 AVATAR + CRÉDITS : Theo James ; .Cranberry LIEU D'HABITATION : Un appartement dans la nouvelle ville EMPLOI/ÉTUDES : Lieutenant de police
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] EmptyHier à 12:51

coffee and hot chocolate
I know we’ve got it good. And the grass is getting greener each day.  | CANDICE & JARED


Une rencontre digne conte de fée comme l’avait dit Candice... il y avait de ça dans la manière dont Emily et lui s’étaient rencontrés. Ils allaient avoir de quoi raconter à leurs proches ça c’était certain, c'était une rencontre peu commune. Il pensait comme la plupart des gens que ce genre de chose n’arrivait qu’aux autres et surtout pas à un homme comme lui. Pourtant il devait le reconnaître, Candice avait raison, le quiproquo qui avait eu lieu le jour de leur rencontre aurait pu faire l’objet d’un livre ou d’un film. Il espérait simplement que comme dans les contes de fées, leur histoire se termine bien.

Candice et lui s’installèrent au salon pour être un peu plus à l’aise. Jared tenta de faire preuve d’un peu de pédagogie au sujet de l’amour pour les animaux mais il se heurta à l’incompréhension de Rosalie et Candice du intervenir pour lui expliquer les choses plus simplement. Boudeur, Jared songea qu’il avait encore des progrès à faire en la matière. Enfin, pour lui les enfants n’étaient pas prévus pour tout de suite. Il ne s’était jamais vu père, avec le modèle de père biologique qu’il avait eu c’était compliqué mais depuis que Candice avait fait entrer la petite Rosalie dans sa vie, depuis qu’il l’avait tenue pour la première fois dans ses bras, il avait commencé à envisager d’avoir des enfants un jour, même s’il était conscient que garder un bébé ou un enfant de temps en temps n’avait rien à voir avec la difficulté d’être parent à plein temps. Candice et Rosalie étaient devenus une sorte de deuxième famille pour lui, en plus de sa famille d’adoption. S’il adorait être le tonton de la petite, il aimait aussi avoir la figure d’une grande sœur en la personne de Candice. Leur proximité était palpable, ils étaient complices et se chamaillaient exactement comme des frères et sœurs qui avaient grandit ensemble pouvaient le faire, comme sa petite soeur biologique et lui.

Changeant de sujet, il l’interrogea alors sur sa boutique. Les premiers temps avaient été durs pour Candice. Elle était arrivée dans une ville inconnue, un nouveau né dans les bras et s’était lancée dans un commerce qu’elle devait faire tourner pour les faire vivre elle et son bébé. Il avait admiré son courage de tout mener de front à la manière dont elle l’avait fait : s’occuper seule d’un bébé, préparer l’ouverture de sa boutique puis la faire fonctionner au mieux en s’adaptant aux aléas que pouvait connaître tout petit commerce dans une grande ville. A son grand soulagement, la boutique de Candice tournait bien. Il faut dire qu’elle en avait fait un lieu cosy, où ses clients se sentaient bien et sa bonne humeur constante ainsi que sa créativité et son talent avait permis de les fidéliser. Rosalie quitta les bras du policier pour retrouver celui qui avait toute son attention : Eliott.  Candice expliqua ensuite à son ami qu’elle était partie chez sa famille à Salisbury pendant quelques temps pour les vacances, histoire de retrouver ses sœurs. « Tant que je reste ton seul presque-frère et le seul presque-oncle de Rosalie tu peux partir en vacances dans ta famille autant que tu veux », répondit-il en haussant les épaules, le regard rieur.

Malgré sa plaisanterie, Candice semblait toujours préoccupée. Elle lui confia alors non sans un coup d’œil en direction de Rosalie pour vérifier qu’elle ne les écoutait pas, qu’elle avait croisé Thomas. Elle lui avait parlé un peu de cet homme, suffisamment pour qu’il sache qu'il était policier et qu’ils étaient sortis ensemble quant il était sous couverture, qu’il était le père de Rosalie et qu’il avait disparu du jour au lendemain sans savoir qu’il allait avoir un enfant. « Tu veux dire LE Thomas ? », demanda t-il en baissant la voix et en désignant Rosalie d’un regard appuyé. « Qu’est-ce qu’il ferait à Édimbourg ? T’as pas pu lui parler je suppose. » Si c’était bel et bien lui, Jared allait devoir veiller au grain, non seulement pour Candice qui avait eu du mal à se relever de la disparition soudaine de son petit ami de l’époque, mais aussi pour l’équilibre de Rosalie qui avait apprit à vivre sans père et risquait de se retrouver perturbée par l’arrivée d’une nouvelle personne dans sa vie, même si pour l’instant ni Thomas ni Rosalie ne savait quel était le lien qui les unissaient.

code by bat'phanie

@Candice R. Abbrams

_________________
I think we got something good
I made a home inside your heart. ▬ We might be really different but we keep the other one balanced
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Je m'appelle Henri
MessageSujet: Re: Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]   Coffee and hot chocolate [Candice & Jared] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Coffee and hot chocolate [Candice & Jared]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Délice exotique chocolaté
» [Esquivel, Laura] Chocolat amer
» Jaeger Lecoultre ou l'exercice de la finesse ...
» Régal chocolaté
» Bezzera BZ35E problème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hello Scotland :: Edinburgh New Town :: Logements-
Sauter vers: