Partagez
 

 The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyVen 4 Oct - 8:11

Ah, ses yeux. Si Titian avait su que leur spectacle calmait Neil si facilement, il aurait cessé plus tôt de porter ses lunettes rouges en sa présence – car c'est ce qu'il avait remarqué : il pouvait être au milieu d'une crise d'enthousiasme, et tout à coup se plonger dans cette couleur bizarre, couleur de champagne disait la mère de Titian, bien qu'elle n'en boive jamais ; et une sorte de calme s'emparait de lui. Ça ne suffisait pas à le couper dans son élan à chaque fois, mais au moins ça avait un effet, un petit temps de silence et de contentement tout simple, qui apaisait un peu la situation. Là, clairement il cherchait la même lueur dans la pierre. Elle y était, mais au milieu d'autres, et c'était comme un jeu de la capter dans le kaléidoscope permanent, comme au milieu du rayon des miels dans un magasin bio. Peut-être qu'elle n'y serait pas aujourd'hui ; c'était un mélange rare, très recherché.

"Je ne peux pas être proche d'un psychopathe, tu sais bien qu'au fond je suis un gentil garçon calme qui ne veut pas d'histoires."

En s'asseyant au bord du lit pour regarder le Neil échoué qui semblait sécher au soleil, il eut l'idée d'une taquinerie, qu'il lança d'une voix innocente :

"Il est plus mon style, ça c'est vrai. C'est un canon de beauté, je ne m'avance pas en disant ça. Les dieux grecs bruns aux yeux bleus sont plus à la mode que les... vieux barbus poivre et sel qui grimpent partout comme des petits singes."

Il avait fait exprès de critiquer gentiment l'autre acteur, sachant bien que Neil le défendrait jusqu'au bout du monde, comme si en rabaissant un élément du couple, c'est toute la série qui était descendue de son piédestal. Neil était marrant en fan. Il avait l'air d'avoir dix-sept ans et de vivre sa première passion cinématographique. Titian se demanda soudain ce qu'il regardait quand il était ado. Peut-être des histoires de gangsters, pensa-t-il en baissant les yeux sur son épaule récemment blessée. Peut-être qu'il aurait détesté le connaître à cette époque de sa vie.

A son tour, il se dit que les oiseaux étaient assez calmes pour être sortis et alla ouvrir la cage. Sitôt vêtu de son petit costume, Hisar monta au long de son bras en s'accrochant avec ses griffes, ce qui le fit grimacer au passage, et s'installa sur son épaule pour jouer avec ses cheveux. Il les pinçait dans son bec comme s'il y cherchait des insectes. Sale bête, ils n'étaient pas si mal entretenus que ça. Iskandar, lui, faisait semblant de dormir. Il le regardait en coin, puis refermait les yeux, comme s'il croyait que son maître était un poisson rouge qui allait oublier aussitôt ce qu'il venait de voir. Boulet. Titian sourit et alla à la fenêtre, fermée bien sûr, en caressant le plumage de Hisar.

"Ton rapace attend tes ordres, je crois. Mais si tu lui en donnes à chaque fois qu'il l'attend, il va croire que c'est toi qui lui obéis. Ils sont tous comme ça, les débutants s'en rendent compte trop tard."

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptySam 5 Oct - 7:14

Neil ricane au terme psychopathe. Si on devait désigner le dragon par ce terme, il ne respecterait pas totalement les clauses du contrat. Il lui manque certains aspects. Mais c'est un vrai malade, ça, c'est vrai. Tout ce qui n'est pas la licorne, il en a rien à faire. Il est un poil - voir ici l'ironie - obsessionnel.

Il lève la tête quand Titian se moque de la licorne avec un air outré. Hey ! La licorne n'est pas un petit singe. Oui, c'est tout ce qu'il a à contredire. Le reste sont des faits établis qu'il ne peut nier. MAIS ! Il pousse doucement Titian sur le bras pour exprimer son désaccord. Okay, tu aimes les dieux grecs, je comprends. Mais je préfère la mentalité de la licorne. Enfin... des licornes ? Neil prend un air interrogatif puis s'éclaire. J'adore leurs oppositions comme le yin et le yang ! Une qui prône la douceur et la mignonnerie mais qui tue sans aucun remord pour son mari et l'autre qui est fière et arrogante mais qui ne peut tuer sans leur rituel pour éviter les remords d'une mort. Neil roule sur le lit avant d'attraper un oreiller pour jouer avec. Le dragon me file la chair de poule. Il peut tellement changer rapidement. C'est comme si on ne savait pas comment le cerner. Pourtant il est facile à comprendre. Mais aux moindres faux pas, tu peux finir bouffer sans sommation, c'est flippant ! Neil est quelqu'un qui s'adapte aux personnes sans vraiment changer ; ce qui fait qu'il a dû mal quand il n'arrive pas à prévoir un minimum les gens. C'est un peu grâce à cela qu'il arrivait à filer sur le fil du rasoir au milieu des problèmes où il a pu se retrouver.

Neil suit les mouvements de Titian et boude Hisar en se marrant de voir la réaction de Iskandar. Ne t'inquiètes pas, je ne compte rien lui demander. Simplement parce que je ne vois pas pourquoi je lui en donnerais ni ce qu'il pourrait faire. Alors il peut continuer à se reposer. Il dort alors le dos à la fenêtre et son ami bousculant le chariot en bondissant dans le bruit des couverts et autres qui percutent le sol. Mince ! Neil se lève pour sauver la bouteille avant tout - o.o - pour le peu qu'il reste et puis la tourte était finie. Il regarde les assiettes et les verres brisés qui font une mosaïque au sol. Il prend un air contrit. Oups. Il éclate de rire. C'est joli ce mélange de verrerie et porcelaine là ! Il se lève posant la bouteille intacte - ouf - sur un meuble et commence à ramasser les morceaux un à un.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 8 Oct - 8:17

Depuis le temps qu'il était fan de cette série, Titian avait prévu le coup. Il savait exactement comment il survivrait au contact de ces deux personnages difficiles. C'était simplement une question de jouer sur les faiblesses des uns et des autres ; les personnages magiques avaient souvent de grandes faiblesses, une ou deux en général, mais très marquées, en contrepartie de leurs pouvoirs. En les observant bien vivre, il était facile de les piéger, en quelque sorte. C'était un vocabulaire un peu hostile, mais il se serait servi de ça pour être leur ami sans danger, alors, ça n'était pas bien grave.

"Regarde, c'est un calcul facile. Tu attendris la licorne mignonne et tu gagnes la loyauté de la licorne arrogante. Là, tu es invulnérable. Jamais le dragon ne mordrait quelqu'un qui..."

Il sursauta en assistant au massacre de la vaisselle, resta atterré quelques secondes, puis fronça les sourcils en se rendant compte que Neil commençait à nettoyer à la main, comme un gueux. Bon, ça ne le dérangeait pas qu'il se conduise comme un gueux, après tout c'était lui qui le traînait à une fête médiévale. Mais ils étaient à l'hôtel, il était possible d'appeler maman pour qu'elle nettoie avec le matériel approprié ; pas question de prendre d'autres risques. Il attrapa son ami par les épaules, le fit asseoir sur le bord du lit et le regarda dans les yeux, pour essayer d'avoir un minimum d'autorité :

"Ne te balade pas là-dedans ! Monte sur le lit ! Si tu t'ouvres le pied, adieu le festival !"

Il commença par "ranger" ses oiseaux soigneusement, ce qui les fit protester à grands cris, car ils n'avaient rien fait et on leur avait promis un peu de liberté ! Puis il appela le service d'étage en s'excusant platement pour avoir cassé du matériel. Il parlait en leurs noms à tous les deux, ce qui était cassé en sa présence était aussi de sa responsabilité. Puis il poursuivit ses explications auprès de Neil, en le tenant pour qu'il reste sagement sur le lit. Lui aussi allait y rester, sauf si il voyait voler dans un coin une plume qui trahissait son non-respect du règlement.

"Oui, ce n'est pas très adapté aux personnes handicapées, là-bas. Ils font une exception pour la Reine des Lys, qui fait partie des organisateurs ; sa garde elfique la transporte sur un bouclier. Mais sinon, difficile de participer si tu ne peux pas marcher. Il faudra te trouver un cheval et tout... Tu serais beau sur un cheval noir, tiens !"

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMer 9 Oct - 5:07

Neil se fait embarquer sur le lit comme sur un radeau alors que le bateau coule un peu plus loin. Il écoute les instructions de Titian ne voulant pas rater le festival. Les explications de Titian son fascinantes. Ils transportent cette femme sur un bouclier comme le chef des gaulois dans Astérix. Il réfléchit pour le cheval. Puis un souvenir lui revient en tête. C'était au Texas, il y a bien longtemps.

Il va pour raconter son souvenir quand une femme de ménage arrive pour nettoyer les débris. Neil s'excuse platement pour avec casser les affaires et de lui donner du travail en plus. A côté de ça, il lui dit de féliciter le chef de ce qu'il avait fait. Il lui demande comme s'appelle la sorte de tourte qui fait partie du menu du jour. Apprenant enfin le terme "Guinnesss Pie", il s'empresse de l'écrire dans le bloc-note de son téléphone en remerciant encore la jeune femme quand elle franchit la porte après qu'elle ait fini ce qu'elle devait faire.

Pendant quelques minutes, Neil cherche le nom de la tourte sur internet pour en lire quelques recettes concentré hochant de la tête seul avant de le ranger et se tourne vers Titian.

En parlant de cheval, quand j'étais au Texas, j'ai trouvé un ranch. Dans un enclos, il y avait un cheval qui broutait tranquillement. Il avait l'air seul dans ce grand espace. Alors j'ai décidé d'aller lui tenir compagnie et s'amuser avec lui. Donc, je suis entré dans l'enclos et il m'a laissé approcher. Mais quand j'ai essayé de grimper sur lui, il est parti en rodéo où j'ai dû tenir par sa crinière avant d'être éjecté. Figure-toi que pendant tout le temps où le cheval m'envoyait valdinguer - je suis sûr qu'il est sadique - un homme est arrivé et se moquait de moi ! Neil se remet correctement dans le lit pour s'y coucher encore, la tête encore un peu bourdonnante et le ventre rempli. Après avoir chuté quelques mètres plus loin, son rire me parvient. On a fini dans un bar à s'envoyer des vannes. Enfin bon, c'est la seule fois où un cheval ne m'accepta pas.

Neil sort son téléphone et fouille dans son drive pour ressortir la seule photo de lui prise sur un cheval appaloosa. Tiens regarde.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMer 9 Oct - 5:26

Tant qu'ils y étaient, Titian en profita pour commander une nouvelle bouteille de whisky, et dès que la dame eut quitté les lieux, il rouvrit la cage pour ramener les oiseaux avec eux. Il riait encore de l'aspect de ce cheval, ce n'était pas celui qui avait fait des bonds mais quand même, dans sa tête c'était un cheval d'Indien. Dans un western, il serait arrivé la même chose à Neil. Il n'avait donc pas vu de westerns ? Enfin, c'était quand même une chouette photo, et il pourrait le placer sur un animal au pire s'ils n'avaient vraiment pas d'autre choix ; c'était bon à savoir. Il aurait dû se douter que c'était le genre d'expérience qu'il avait à son palmarès.

"Tu es sûr qu'il n'était pas sauvage ton cheval ?"

En se réinstallant près de lui, il piqua le téléphone et chercha des images du festival de l'année passée. Internet n'en manquait pas. Il chercha un peu et trouva une bonne photo d'une grosse bête toute harnachée de rouge et d'or ; elle portait sur son dos un chevalier en armure avec un grand drapeau, auquel un écuyer remettait une lance de tournoi.

"Tiens regarde. Voilà le genre de chevaux que tu verras là-bas. Rien à craindre. Ils ne font pas de bonds ceux-là, ils ont fait la guerre."

Il rigola encore un peu, puis reprit son sérieux en laissant Neil regarder le reste de la galerie, où on voyait diverses scènes prises au cours des journées et des soirées. Il avait une vision très précise en tête. Une image de son enfance qui, étrangement, s'accompagnait d'une musique au synthé.

"Un beau cheval noir du Shire avec une longue crinière, comme dans ce film... tu sais !... ce vieux film avec une affiche en miroir, comme un reflet dans un lac... d'un côté c'est un chevalier avec un faucon au poing, sur un cheval comme ça, et dans le reflet c'est la nuit avec une dame qui promène un loup..."

Non, pas moyen de retrouver le nom, tant pis. Il haussa les épaules et revint à la contemplation de la galerie. Il était enthousiaste de savoir que bientôt, ils se perdraient dans ce monde imaginaire et seraient entourés d'amis prêts à les protéger au besoin. Il n'y aurait plus qu'à se donner en spectacle et faire la fête.

"Ah bref, je retrouverai ça. Et voilà la reine des Lys ! Elle a piqué l'idée d'un historien qui a la même maladie qu'elle, il étudiait un roi Viking qui était transporté comme ça sur le champ de bataille. Leur théorie c'est qu'il avait aussi cette maladie. Les gens sont comme ça. Ya un historien homo qui voulait prouver que Jésus était homo..."

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMer 9 Oct - 6:49

Hum ? On m'a dit qu'ils avaient pas fini de le .... Neil cherche le mot qu'ils utilisent pour dompter un cheval. Ils ont leur propre champ lexical dans ce milieu équestre aussi. Il ne sait pas pourquoi mais un mot étrange lui vient en tête mais il croit que c'est bien celui qu'il cherchait. Il faudra qu'il revoit ça ... casser pour pouvoir le monter tranquillement. C'est étrange dit comme ça mais je crois que c'est le bon mot. Donc oui, il était encore un peu sauvage.

Il observe le cheval et surtout sa corpulence. C'était une race robuste et musclée. En même temps, vu ce qu'elle devait porter sur le dos, il valait mieux posséder des appuis bien fixes sur le sol. Ce n'est alors pas une race très rapide, elles auraient pu labourer les champs au Moyen-Age. Ah ! Le déclic. Neil hoche de la tête comme une évidence. Il "tourne" ensuite les "pages" pour regarder les autres photos observant les costumes, les exposants, les participants, le public. On peut totalement voir la coupure entre les deux comme si ils appartenaient à deux mondes différents... C'était pareil aux cirques.

Je ne sais pas pourquoi mais le début de ta description m'a fait penser à Don Quichotte. Neil secoue la tête. Je suppose que c'est parce que j'ai dû faire un bouillon de trop plein d'informations et en arriver à cette conclusion. Il rit doucement.

Chacun doit vouloir voir midi à sa porte. Il pourrait bien exister autant de Jésus que d'ethnies sur terre. Donc alors pourquoi ne pas avoir Jésus avec toutes les orientations sexuelles possibles. Heureusement, par contre, qu'on est à cette époque. Sinon, on aurait fini brûler pour avoir prononcer ce blasphème selon la religion chrétienne. Dire qu'en Grèce antique, il n'était pas mal vu de sortir avec qui on voulait même genre ou non. La seule chose qui était proscrite, c'était de coucher avec une personne de caste plus faible que la sienne. Et après, le christianisme est venu foutre son nez au milieu de tout ça pour y mettre des concepts étroits car contre-natures. En plus de cela, contre-nature, on peut en reparler ! Plus de mille espèces ne se gênent pas pour avoir des relations sexuelles tous genres confondus. Neil se redresse un peu. Oh, désolé, je me suis emporté. Il a en effet déjà eu une conversation pareille quand un pasteur avait voulu le réprimander un jour parce qu'il avait clamé quelque chose qu'il ne lui avait pas plu.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMer 9 Oct - 8:55

Neil aurait fait un magnifique Don Quichotte. Pas physiquement mais dans son attitude. En le regardant en coin, Titian ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer. L'ennui avec lui c'est qu'il se serait débrouillé pour que son histoire fonctionne ; il se serait démené tant et si bien que les moulins se seraient pris pour des géants, et se seraient arrachés de leur fondation pour terroriser le pays. Ça aurait été le début d'une aventure complètement absurde et déjantée. Neil avait simplement trop d'énergie.

Hm, de quoi parlait-il déjà ? Titian avait décroché quelques minutes. Il se concentra et rattrapa le train en route avec une petite moue sérieuse, comme un spécialiste pris à parti lors d'une conférence sur un sujet qu'il fait semblant de maîtriser.

"Les animaux, ouais. Des opportunistes, en matière de sexe, c'est bien connu. La science d'ici était longtemps en mode, quand un mâle saute sur les autres mâles, c'est pour leur montrer qui est le chef... mais en vrai c'est juste que les animaux ne se posent pas la question, c'est un jeu comme les autres pour eux. Pourtant on a les chiens sous les yeux depuis la préhistoire, on aurait dû se rendre compte de quelque chose."

Il éclata de rire à cette pensée, des générations de prudes qui détournaient le regard en rougissant tandis que leurs caniches s'en donnaient à coeur joie sur la moquette du salon de musique, ça le faisait marrer. Puis il se rembrunit tout à coup ; c'était bien ridicule tout ça, n'empêche que ça avait des répercussions, et pas juste sur les enfants humains qui se faisaient recadrer à tout propos. Il marmonna en croisant les bras :

"...Mais j'ai déjà entendu parler d'un gars qui voulait faire piquer son chien parce qu'il était 'gay', il l'avait vu avec un autre chien mâle quoi, et il pensait du coup que son chien était mal foutu et qu'il lui en fallait un autre. Heureusement le pauvre chien a été adopté ailleurs."

Lui qui avait des bêtes et qui les aimait, ça lui donnait presque une sorte de honte par procuration d'imaginer une telle connerie. Bon, il faut dire qu'avec ses oiseaux, les observateurs inattentifs n'avaient aucune idée si c'étaient des femelles ou des mâles, donc il ne risquait pas de se faire charrier par les autres supporters de rugby le cas échéant... et puis il ne traînait pas tellement avec eux. Et puis il les aurait regardés comme des extraterrestres, surtout. Un oiseau ça n'est pas "gay"... un chien non plus... bon, à moins que ça se trouve de temps en temps mais il fallait vraiment se mêler de sa vie sexuelle pendant des années pour arriver à cette conclusion. Et il fallait être un peu bizarre pour se mêler de la vie sexuelle d'un chien ! Tant que la bête allait bien, et ne tombait pas amoureuse d'une jambe humaine, autant regarder un bon film, non ?

"C'était cool quand l'espèce humaine était aussi décomplexée. C'est comme ça qu'on a récupéré des gènes différents dans les autres espèces voisines, aussi, quand on était dispersés ; ça nous a évité de finir trop consanguins, je suis sûr. Tu sais, les hommes de Neandertal et tout ça. Hey, avec mon test de sang, je peux aussi savoir quel pourcentage il m'en reste, cool non ?"

Il montrait un enthousiasme timide. Il se passionnait trop pour ces histoires d'origines, il le savait. Mais c'était plus fort que lui.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyJeu 10 Oct - 6:54

Neil se lève du lit pour marcher dans la chambre simplement pour bouger un peu. Il ne sait pas vraiment rester en place. Il écoute bien sûr mais il pouvait bien faire quelques pas dans l'espace vide de verres coupants maintenant. Il écoute l'anecdote que Titian rapporte et lève les yeux au ciel. Ce mec ne devait pas avoir connu beaucoup de chiens avant d'en adopter un alors. Il va à la porte quand il entend quelqu'un frapper pour ouvrir sur la jeune femme qui avait ramassé les débris. Elle lui tend la bouteille de whisky. Il la remercie doucement avec un sourire avant de la laisser reprendre le travail. Quand elle part, il referme la porte et va regarder les oiseaux se demandant s'il pouvait leur donner de l'alcool. C'est étrange qu'il ne l'ait encore jamais fait. Sinon, il ne s'en rappelle plus.

C'est plus que surpris qu'il se tourne vers Titian. Pourcentage qu'il te reste ? D'homme de Neandertal ? Je ne crois pas qu'on détermine cela comme ça. Le test démontre une carte géographique de la provenance de tes gênes. La science n'est pas encore aussi évoluée que cela. Il faut que tu ralentisses sur la science-fiction. Neil sourit. Je pensais que ton univers était beaucoup plus de la fantaisie et non de la SF. Il vient servir un verre à Titian. J'ai regardé des vidéos dessus. Et tu reçois un pourcentage d'ethnies. Par exemple, 25% anglais, 5% allemand etc. Il ne détermine pas le pourcentage de 10% de poisson ou autre. Il boit une gorgée en levant les yeux. Tu imagines si ce genre de tests existait dans notre série ? On pourrait facilement déterminer leur origine étrange non ? Comme dans les derniers épisodes où le sphinx dit qu'il a trois parts égales. Mais tu imagines si il a en fait complètement déséquilibré entre ses tendances ? C'est comme pour la licorne. Entre la mignonne et l'arrogante, je me demande à quel pourcentage, elles sont ! Quand les progrès de la médecine arrivera à cela. Les monstres auront bien de problèmes. En espérant que les humains les acceptent. En tout cas, pour toi, je ne crois pas qu'on puisse déterminer si tu es un homme de Neandertal. Mais tu vais découvrir ta carte géographique génétique. Donc dans les pays où il n'y a rien, tu pourras ne plus avoir cette inquiétude de savoir si c'est quelqu'un de ta famille ou non.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyJeu 10 Oct - 9:25

"Mais si, tu peux ! Je l'ai vu sur la BBC ! Ils avaient reconstitué un homme de Neandertal, il avait l'air de Chuck Norris en roux. Y avait cette historienne toute mignonne, Alice je ne sais plus comment, qui présente toujours les trucs préhistoriques à la télé... la petite blonde avec un accent bien de chez nous..."

Honnêtement il regardait le programme surtout pour elle, mais ça n'avait rien de honteux : c'est bien pour ça qu'elle le présentait, non ? Et il n'était probablement pas le seul. Elle l'avait séduit à l'époque où elle se teignait les cheveux en rouge, et maintenant dès qu'il voyait sa frimousse sur le programme télé il savait ce qu'il regarderait ce soir. Il faut dire qu'à part elle, les programmes historiques étaient surtout envahis de vieux messieurs aux goûts vestimentaires improbables.

"Et le gars qui expliquait les tests ADN, il disait que sa femme a un plus grand pourcentage de Neandertal que lui parmi ses ancêtres, et qu'elle se paye sa tête pour ça."

Il rigola en regardant les oiseaux sortir de la cage, et jeter un oeil au passage au verre de Neil, qui avait presque l'air de leur être proposé. Presque, mais ils étaient assez malins pour reconnaître du poison liquide quand ils en voyaient. Mixé avec de la viande saignante, il aurait eu ses chances. Titian n'allait certainement pas l'aider. Il s'imaginait tout à fait les taquineries de couples qui surgiraient de tels pourcentages dans leur série.

"Pour en revenir à nous... Je peux savoir si j'ai de la famille en Italie, disons."
Pourquoi l'Italie ? Pourquoi pas. Elle lui était venue à l'esprit soudainement. Un épisode de Traume aussi sans doute. "Mais ça ne me dit pas à quel point je suis parent avec un autre Ecossais, tant qu'on ne sait pas à combien pour cent il est Italien lui aussi. Tu me suis ?"

Tout ça faisait mal au crâne. Heureusement qu'il y avait le whisky. Ça donnait l'impression d'échanger de ces conversations aussi passionnées que stériles qu'on a au coin d'un bar à l'heure de la fermeture. Une ambiance rassurante et festive, et les oiseaux pouvaient très bien jouer le rôle des canaris en cage au coin du bar, quoique maintenant qu'on les en avait fait sortir, ils n'allaient sûrement pas y rentrer. Iskandar se suspendait à la lampe la tête en bas en les regardant comme un hibou. Hisar, qui avait envie de se dégourdir les ailes, volait à travers la pièce en cherchant les bons points d'accroche. C'est lui qui semait des plumes. Elles étaient très jolies, mais elles allaient les trahir.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyVen 11 Oct - 7:12

Neil réfléchit. Il n'a pas vraiment regardé la télévision de toute sa vie avant d'être posé à Edimbourg. Et même encore là, il se posait devant pour plus s'endormir que de la regarder. C'est avec Titian qu'il a commencé la série Traum qu'il s'est enfin intéressé à quelque chose de télévisuel. Ce n'est pas qu'il est pro-écologie et contre la télé. Mais il n'avait jamais été intéressé par elle et puis, difficile d'être assidu quand on bouge tout le temps. Donc il n'avait pas entendu parlé de cet homme reconstitué et encore moins de cette historienne mignonne Alice. Du coup, Neil hoche de la tête sans grande conviction. Il croit Titian bien sûr.

Neil va se poser contre le fauteuil. Est-ce que tu sais que ce n'est pas parce que tu as un pourcentage que ça veut dire que tu l'es ? Cela veut juste dire que parmi tes lointains ancêtres, il y a eu un italien, par exemple. Tout dépendra du pourcentage ! Si tu as 5% d'Italie alors ce n'est pas tes parents proches qui sont d'Italie mais cela peut être ton arrière arrière arrière et j'en passe grand mère, par exemple.

Il regarde Titian. Il ne faut pas que tu te fasses trop d'illusions à des proportions trop grandes. Si tu cherches trop loin, tu vas t'effondrer. Il ne faut pas imaginer et prendre les informations correctes et strictes. Tu vas te faire des idées plus grosses que toi et tu vas te casser la gueule aux résultats.

Il se tourne vers Iskandar qui joue à la chauve-souris. Pour ma part, je veux rester le plus terre à terre possible afin de te rattraper quand tu auras trébuché. Neil ne veut pas être méchant ou cruel mais il souhaite que Titian ne parte pas trop loin dans quelque chose qui peut se révéler hyper basique sur le cas. En gros, ce test remonte tes origines mais cela ne veut pas dire que tu l'es. Il te montre tes ancêtres. Et le plus fort taux est le plus proche de toi et le plus bas, c'est qu'il appartient à un passé lointain.

Neil penche de la tête. Qu'est-ce qu'Isk fait au fait ? Pourquoi il joue à Batman ?

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyVen 11 Oct - 11:31

"Il fait l'idiot. Le petit prend tout l'espace aérien, il se gare et il se distrait autrement."

Titian alla récupérer Hisar pour le replacer sur son épaule. Il montra l'attitude d'Iskandar, qui restait réfléchir un petit moment avant de se décider, comme habitude. Ses pattes se décrochèrent une à la fois, comme si l'une des deux comprenait moins vite que la première. Et il vola à son tour, un peu la tête en bas, puis à l'endroit, pour venir marcher devant les pieds de Neil comme une poule. Il voulait quelque chose, celui-là.

"C'est un brave petit, quand il n'essaie pas de tuer des gens. Tu ne fais pas ça tous les jours, hein Isk ? Je ne peux pas te garder si tu es un psychopathe."

Titian vint s'asseoir par terre près de l'oiseau pour lui caresser le bec, en le considérant avec un regard sérieux. Entouré de ses oiseaux, il était le maître, mais ça ne tenait pas une seconde dans le vrai monde tout ça. C'était Alshaïn, pas lui. Et Neil l'avait averti : il n'avait pas le loisir de confondre. Il releva les yeux et observa son ami en repensant à son avertissement. Il savait que ses craintes pouvaient se vérifier, et allaient sans doute le faire. Mais c'était une pente sur laquelle il roulait comme une boule de neige. Il n'y a pas de freins sur une boule de neige...

"C'est gentil de me soutenir alors que tu sais que je vais me crasher. C'est pas ma faute, je crois que je voudrais savoir et en même temps j'ai trop peur pour chercher comme je le devrais. En tannant mes parents pour qu'ils me donnent des informations précises, et en remontant la piste à partir de là."

Ses derniers mots le choquèrent lui-même. Il resta silencieux quelques secondes. Il avait envie d'aller se déguiser et de penser à autre chose mais ça n'aurait pas été courageux. Son pied s'appuya sur celui de Neil et le poussa un peu ; Iskandar, croyant qu'ils jouaient, se rapprocha en fixant leurs pieds comme des saumons à travers la surface d'un lac. Mais il n'attaquait pas. Il regardait seulement. Ils étaient sa télé, songea Titian avec un petit sourire.

"Tu vois, je n'y avais pas réfléchi parce que... je ne sais pas, là on est loin de chez nous, ça a l'air moins intimidant. Mais d'habitude je suis terrifié. C'est pas une façon de parler, je suis terrifié de savoir. J'ai l'impression que ça va me retomber dessus et que je vais regretter d'avoir creusé, tu vois ?"

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptySam 12 Oct - 7:59

Neil exerce une petite pression opposée au pied de Titian. Il regarde les réactions de Iskandar et s'amuse un peu à le distraire ainsi pendant un petit temps. T'inquiètes pas, même si tu es un psychopathe, je continuerai à te nourrir. Neil ne se rend pas compte de la contradiction qu'il vient de faire avec une conversation précédente mais tant pis. Il continue à amuser l'oiseau avant de répondre enfin à Titian.

C'est comme pour tout. C'est toi qui décide quand tu veux savoir mais quand ça te pourrit ainsi la vie, ça ne sert à rien d'y penser. Mais alors, il faut que cela reste au niveau zéro. C'est-à-dire que tu ne fasses aucune recherche par aucun moyen et que tu arrêtes de te prendre la tête dessus. Mais si tu continues comme ça, tu te crées toi même, tes propres démons alors qu'ils n'ont pas lieu d'être. Si tu veux un conseil, tu devrais percer l'abcès d'un coup. Parce que là que tu creuses ou non, ça te retombe dessus et ça continuera.

Neil descend pour caresser un peu les plumes de Isk. C'est assez intéressant de caresser des plumes. On ressent leur imperméabilité aux touchers mais tout reste dans la douceur. Il tente de toucher son bec dans un petit jeu "touche-moi si tu peux" avant de se relever.

Enfin bon, cela ne sert à rien de se prendre la tête pour quelque chose dont tu ne veux vraiment pas savoir. Sinon, tu ne tournerais pas autour du pot non ? J'ai souvent vu des personnes adoptés prendre leurs courages pour demander des informations et se lancer dans leur recherche. Les parents adoptifs doivent être rassurés et effrayés à la fois de cette révélation. C'est normal pour un enfant adopté de savoir d'où il vient. Mais cela ne change rien au fait que l'enfant reste le leur. La famille n'est pas rien à voir avec les liens du sang mais avec les liens affectifs que tu crées.

Neil s'étire puis vient le serrer brièvement dans ses bras avant d'aller chercher la bouteille de whisky pour servir deux verres. Il en tend un à Titian en souriant. Si tu veux, je le demanderai à tes parents si je les rencontre. Il éclate de rire en le taquinant. Je suis sûr que la réponse est facile ! Je sens que tu ne vas jamais me les présenter !

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptySam 12 Oct - 11:30

"Mes parents sont un peu comme moi avec ça. Ils s'énervent tout de suite en mode 'tu aurais pu tomber sur mieux, mais tant pis pour toi, c'est nous.' Je fais ça aussi, je le sais. Je crois que c'est ce que j'ai chopé d'eux, surtout, ça et le goût des festivals."

Songeur, Titian regarda son verre se remplir. Il ne les comptait plus mais il ne se sentait pas ivre du tout. Le début de l'alcoolisme ? Bah, ça lui était profondément égal. C'était un bon whisky et ils passaient un bon moment. Les tensions et les inquiétudes avaient de moins en moins de place, et devenaient peu à peu des sujets de conversation comme les autres.

"Tu me donnes beaucoup de forces, tu sais. Une petite dispute ça ne semble plus si effrayant. Tu seras là et tu nous empêcheras de nous faire vraiment mal."

En écartant son verre du chemin, il revint s'appuyer contre Neil en l'attirant de son bras libre, et lui donna un baiser sur la joue au passage. Tout ce qu'il lui mettait entre les mains, c'était terrible. Neil aurait mieux fait de s'enfuir au courant. Mais on parlait du type qui était allé faire des papouilles à un tigre ; il ne s'enfuirait pas.

"Ouais, je t'ai pris au sérieux. Tant pis pour toi." Il venait de reprendre exactement la même formule, il ne s'en rendait pas compte ; ça le frappa ensuite seulement et il eut une petite grimace dépitée à cette santé. Une gorgée de whisky et il sourit à nouveau. "A la santé du meilleur ami au monde."

Il espérait vraiment qu'il allait découvrir quelque chose de génial. Pas forcément quelque chose de bien, mais une information qui les intéresserait et qui les lancerait dans d'autres quêtes, peut-être d'autres voyages. Ce serait l'occasion de vivre des choses. Il avait confiance en Neil pour le faire rire. Hé, avec un peu de chance il se retrouverait invité dans une de ces grandes maisons louches de l'arrière-pays qui sont pleines de fantômes, et son ami serait complètement investi dans ces histoires au point que Titian aussi finirait par les penser vraies. Quand il voyait les choses sous cet angle-là, il avait hâte de savoir.

Ils emmèneraient Iskandar, tiens. Hisar était sage mais c'était Iskandar qui avait le plus de personnalité, il avait envie de le voir dans ces histoires aussi. Et de l'avoir comme protection au cas où quelqu'un leur voudrait du mal. Dans sa tête, c'était maintenant l'oiseau de Neil. Pas la peine de le lui donner solennellement ; c'était comme ça, de manière implicite. Bon... d'accord, il était peut-être un tout petit peu éméché. Juste pas assez pour s'en rendre compte.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyLun 14 Oct - 7:02

Neil boit tranquillement son verre en poussant les meubles vers les murs avant de se poser contre un profitant du whisky qui explose dans sa bouche avec une saveur idéale. Il se laisse poser contre Titian quand celui-ci vient s'appuyer contre lui. Il fait une fausse moue quand il lui dit "Tant pis" mais un regard amusé scintille. Sympathique, ils vont se demander de quoi je me mêle. Ça sera tellement amusant de voir leurs expressions en face. Il trinque aussi. A cette future aventure. Il lève la main et attrape une de ses mèches pour jouer avec. Il joue un petit moment en se fixant sur cette mèche.

Il faudra que j'aille chez le coiffeur bientôt aussi. Mes cheveux sont en train de trop bouclés. Il faut que je les dompte avec un peu d'eau le matin. Je n'aime pas trop le gel même si ça m'arrive d'en utiliser. Il attrape le bras de Titian et l'amène sur le lit pour qu'il s'assoit puis va chercher la carte de la région et du pays posée sur le côté de la télévision. Il la ramène et s'installe près de Titian puis montre un endroit dans l'Irlande du Nord. Tu veux que je te raconte une histoire ? Je ne sais pas si tu la connais. Elle est cent pour cent réelle.

Neil se réinstalle correctement près de lui. Alors, c'est à peu près dans cette contrée là, près de l'Océan Atlantique. Une femme, irlandaise, est fan de Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes. Elle a même dépensé quatre milles livres (£) pour ressembler à son personnage préféré. Un jour, elle rencontre un homme dont elle tombe amoureuse après avoir eu une bonne nuit de sexe. Après une relation de deux ans avec lui, elle exige que l'homme la demande en mariage pour prouver qu'il l'aime. Ce qu'il fit. Ils sont allés se marier sur un bateau dans les eaux internationales avec la famille de la femme et ses amis. Ils vivent alors leur vie comme tout couple marié entre rencards, disputes et sexe torride.

Je précise, je ne fais pas une fixée dessus. C'est un point crucial dans l'histoire. Neil sourit mais on peut voir son malaise avant reprendre son histoire. Un an plus tard, la femme demande le mariage parce qu'elle a eu beaucoup de problèmes de santé. Dont le dernier a bien failli la tuer. Elle a décidé de ne plus avoir de relations sexuelles avec son mari et sa santé commence à aller mieux. Moins, elle en a, plus, elle va mieux. Après une autre petite chirurgie pour retirer un nodule ou quelque chose comme ça, elle décide de divorcer.

Neil se tourne vers Titian puis se couche en laissant tomber la carte en bas du lit.  Allez une petite devinette ! Pourquoi l'irlandaise était malade quand elle avait des relations sexuelles avec son mari ?

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyLun 14 Oct - 10:45

Avec sérieux, Titian se concentra pour écouter l'histoire. Au début il se disait qu'il y avait une blague sur le fait que les Irlandais boivent beaucoup, le truc classique. Même les Ecossais disaient ça – et les Irlandais disaient ça des Ecossais, bien sûr, et à l'occasion ils croisaient un Anglais qui les faisait rouler tous les deux sous la table, mais bref. Plus l'histoire se compliquait et moins il voyait où l'aboutissement pouvait en venir. Et à la fin, il était complètement largué. Il se répéta une ou l'autre partie de l'histoire, puis laissa tomber, haussa les épaules, et secoua la tête.

"J'en ai aucune idée. Elle s'était trouvé un mec avec des tentacules sur la figure et le tentacule reproducteur était venimeux ?"

Dans une histoire cent pour cent réelle, ça ne pouvait pas être ça mais c'était rigolo à imaginer. Et puis, ça n'avait aucun sens cette histoire. Qui dépense autant d'argent pour ressembler à un personnage ? Titian avait dépensé beaucoup d'argent pour ses cbeveux et ses tatouages mais ça n'avait rien à voir. C'était de la coquetterie, voilà tout. Là, on parlait de s'endetter comme un petit fou pour incarner Alshaïn à la perfection au quotidien. Il espérait en tout cas qu'il n'était pas à mettre dans le même sac.

Il espérait aussi qu'il ne se moquait pas d'une personne que Neil avait connue, une copine à lui ou ce genre de chose. Il y avait parfois des affaires très tristes ou douloureuse autour de gens qui n'arrivaient pas à avoir des relations sexuelles satisfaisantes. Et puis, c'était quand même une histoire d'amour qui se terminait en queue de poisson... pour ainsi dire.

"Je donne ma langue au chat, dis-moi. Ah, et promets-moi de ne pas te couper les cheveux trop courts. Ce serait moche."

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 15 Oct - 5:50

Okay, je ne les couperai pas trop courts, juste quelques coups de ciseaux pour les dompter. Neil attrape un oreiller et joue avec. Le coup des tentacules sur la figure sur la figure et celui de l'organe reproducteur est pas mal. Mais ce n'est pas vraiment quelque chose de physique. Et c'est le cas de le dire.

Le mari de cette femme était un pirate haïtien mort, il y a trois siècles. Il était accepté par la famille de la femme et ses amis qu'ils se sont pris au jeu. Tellement qu'ils mettaient un couvert en plus sur la table qui lui était réservé. Mais comme c'est un fantôme, il devait avoir une source d'énergie qu'il puisant en cette femme. Ce qu'elle n'avait pas prévu quand elle s'est mariée en grandes pompes avec ce spectre. Elle a été conne. Elle s'est juste dit "oh bordel, c'est un bon coup, je veux me marier avec lui". Il y a vraiment des personnes folles de vouloir avoir des relations avec des trucs comme ça.

Il attrape son téléphone et fouille une vidéo. Tiens, regarde, il y a même une vidéo sur ce mariage qu'elle a posté. Et le pire c'est que ça, c'est passé l'an dernier. L'an dernier ! Il y a toujours des choses incompréhensibles qui se passent même dans le monde moderne. On aurait pu croire que la science et la technologie les auront fait peur mais pas du tout ! Ils sont partout ces bestioles. Je ne les aime pas. Tu te rends compte ! J'ai envie d'aller sur la tombe de mon paternel pour vérifier qu'il y est toujours enterré. Neil a un instant de réflexion. Et peut être retrouver aussi le papier que tu avais écris. J'aimerai bien savoir ce que tu lui as dit exactement. Neil éclate de rire, le moment de malaise dû au fantôme se dissipe à cette idée.

La vidéo si tu veux o_o:
 

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 15 Oct - 6:25

Ah non, ce fichu papier était disparu, la mère de Neil l'avait trouvé et avec un peu de chance elle l'avait fait disparaître ! Bien sûr, si Neil avait besoin d'un 'garde du corps' pour aller voir la tombe, Titian irait avec lui ; c'était un peu l'équivalent de ce qu'ils se proposaient de faire avec ses propres parents ; mais le papier, c'était perso. Il n'était même pas sobre quand il avait écrit tout ça ! Mieux valait se concentrer sur la vidéo, et Titian fit mine de la trouver passionnante, juste pour détourner la conversation. Puis il donna un petit coup de coude à son ami.

"Hé. Des trucs comme ça. C'est raciste comme phrase. Pense à Traum, tous les deux ils sont des trucs comme ça, comme tu dis. Pas des fantômes mais l'un des deux mange des gens. L'autre, c'est encore pire, il pourrait vivre normalement et il choisit de ne pas le faire pour suivre son mec. Et en ayant accès à leurs pensées et à leurs sentiments, on les approuve. Donc tu vois."

Il regarda autour de lui ; combien y avait-il de fantômes dans la pièce en ce moment, qui l'écoutaient parler ? Il préférait ne pas se poser la question. Ces histoires ne le dérangeaient pas plus que toute autre pièce de folklore, en revanche il n'allait certainement pas rechercher leur compagnie dans son quotidien. Une petite séance de temps en temps, avec un medium qui emmagasinait tout pour les autres, c'était sous contrôle, parfait.

Il eut un petit sourire triste en réalisant que Tara l'avait entraîné là-dedans à sa sortie d'hôpital, et qu'il l'avait suivie pour lui faire plaisir. Pour ne pas être tout seul, pour que la personne qui tenait l'aiguille en le tatouant continue à l'apprécier, et parce qu'elle l'avait mérité, selon lui. C'était lui son amoureux fantôme. Pauvre Tara.

"C'est ça la question. Si elle était heureuse avec lui, ça valait le coup d'en mourir ?"

Le mot "heureux" avait bien des significations, d'où son air interrogateur. Si elle trouvait juste qu'il était canon et qu'il se débrouillait bien au lit, n'importe quel autre homme correspondant à ses goûts en termes de pratiques sexuelles aurait fait l'affaire sans lui pourrir la santé, que ce soit l'effet d'une auto-persuasion de sa part ou un phénomène paranormal, ça ne changeait rien à l'équation. (Ou à "l'équitation", comme disait son père quand il essayait d'employer cette expression.)

Si elle était amoureuse, c'était un peu plus compliqué. Titian aurait cautionné un suicide à petit feu par amour. C'est juste qu'il avait des critères extrêmement difficiles pour accorder ce nom à un sentiment. C'est pour ça qu'il adorait Traum. Là au moins, le doute n'était pas permis.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 15 Oct - 7:09

En quoi, ça vaut le coup de mourir ? Elle a divorcé de son fantôme. Je l'ai dis dans mon récit. Elle n'est même pas capable de mourir pour son amour. Donc, rien à voir avec le bonheur ou quoi. De toute manière, quand tu te maries avec un fantôme pour le meilleur et le pire et jusqu'à la mort. Elle peut bien divorcer de lui mais si il veut continuer à lui prendre son énergie, il le fait. Elle devait s'en douter que ça serait un parasite. Mais encore si elle l'avait accepté mais en fait, elle n'y a pas réfléchi du tout. Donc elle n'a pas pris en compte sa vraie nature.

Neil croise les bras. Rien à voir avec Traum. Ils s'acceptent. Ils s'acceptent tellement que celui qui peut vivre normalement suit son mari dans sa décadence et que le cannibale restreint au plus sa nourriture à des animaux. Je suis totalement en accord avec cela. Quand tu acceptes quelqu'un, c'est totalement. Ses qualités, ses faiblesses et ses défauts. Tu vois la différence ? On ne peut pas comparer ! Neil est en mode fan de Traum, les yeux brillants pour son couple préféré et les défend bec et ongles s'il le faut. Les personnages principaux de Traum sont entiers avec ce qu'ils sont entre eux. Même si parfois, quelques doutes viennent mais c'est normal d'en avoir quand la société autour peut vous rejeter à la moindre écartade. J'en connais un peu sur ce regard réprobateur de ne pas être dans la norme et toi aussi, je n'en doute pas du tout.

Neil se rassoit en face de Titian. Traum n'est pas comparable. Il sourit et regarde la fenêtre. La journée est bien entamée. Je t'avoue que je lutte contre le sommeil un peu et me retient de bailler depuis tout à l'heure. Comme on n'a pas dormi de la nuit, je te propose qu'on se repose un peu. Je vais aller me doucher. Toi aussi, pour que je te remette la pommade sur ton épaule. C'est bien ça que le médecin t'a dit ?

Il se relève puis va chercher ses vêtements en allant dans la salle de bain afin de se doucher mettant de la vapeur partout.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyLun 18 Nov - 11:42

"Je ne cherche pas à me faire accepter," remarqua Titian en venant s'adosser à la porte de la salle de bain. "Je me mets à l'abri des gens. Je les fuis. C'est très bien comme ça, c'est plus sûr, ils sont trop compliqués et je n'ai pas envie de me stresser à leur plaire et..."

Le fauconnier se tut. Il regardait la silhouette se savonner dans le nuage de vapeur. Les oiseaux se disputèrent un instant dans la pièce voisine, puis se calmèrent aussitôt. Il n'avait aucune envie de se disputer avec Neil pour une histoire idiote et un fantôme. Ils n'avaient pas assez bu pour ça. D'ailleurs, quand ils avaient bu, ils s'entendaient d'autant mieux. Ses yeux se fermèrent et il croisa les bras pour se frictionner légèrement en soupirant. Il avait hâte de se retrouver sous l'eau chaude. Il commença d'avance à se déshabiller, enroula ses chaussettes ensemble et les jeta en l'air comme une balle pour se distraire.

"Désolé, c'était une chouette histoire de fantôme. Ne fais pas de cauchemars."

Il laissa passer Neil à côté de lui avec une petite tape sur l'épaule, et se glissa dans la douche à sa place, en secouant ses cheveux pour les faire pleuvoir autour de son visage le temps que la chaleur s'y imprègne. C'était un grand soulagement. En ce moment il se moquait bien de savoir si c'était de l'eau, ou un fantôme parasite errant dans l'hôtel qui venait se nourrir  de son énergie vitale. C'était ce dont il avait besoin, il n'avait pas à en savoir plus.

Neil allait peut-être s'endormir d'ici qu'il soit de retour avec des cheveux présentables, au lieu de cette méduse qui lui dégoulinait autour du visage. Ce n'était pas grave, il se débrouillerait avec sa pommade. Il se permit une petite prière, à ses ancêtres quels qu'ils soient, vivants ou morts, pour que son ami prenne un peu de repos reconstituant, et qu'ils puissent oublier cet incident terrifiant pour profiter de leur voyage tranquillement.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 19 Nov - 5:59

Neil termine de se nettoyer tranquillement en écoutant l'eau qui dégouline et les paroles de Titian. Il n'était pas prêt à lâcher prise sur Traum ayant complètement oublié l'histoire de fantôme. Histoire qui est entre grands guillemets vraie d'un certain point de vue. C'était un fait établi et qui existe vraiment dans le monde. Combien de femmes tombent amoureuses de fantômes ? combien d'hommes veulent du sexe avec un fantôme ? Mais ce qu'il sait c'est que tout cela manque cruellement de chaleur quand même. C'est qu'il aimait chez les êtres vivants. La chaleur qu'ils dégageaient. Il trouve ça très rassurant. Pour quelqu'un qui croit aux fantômes, c'est normal non ? C'est pourquoi ce genre de choses est aberrant pour lui. Il préférerait encore de loin sortir avec un de ces monstres présents dans Traum. C'est quand il sent l'eau glisser sur l'eau qu'il réalise qu'il s'était plongé dans sa réflexion trop longtemps et qu'il devrait sortir. Il éteint tout et sort de la cabine pour attraper une serviette.

Il laisse sa place en s'essuyant puis rigole. Je vais en faire des cauchemars. Ça, c'est sûr. Je n'aime vraiment pas ça. Mais je me suis dis "Je suis tellement fatigué que les cauchemars ne voudront certainement pas pour moi" Je suis un gamin n'est ce pas ? De penser que je serai épargné parce que je suis trop épuisé pour réfléchir. En vrai, je me demande si ce n'est pas parce que justement on est aussi épuisé que les cauchemars en profitent pour passer nos défenses et nous hanter ? Il s'essuie en observant le manège de Titian pour ses cheveux. Il sourit un brin moqueur. Il avait remarqué que son ami aimait vraiment prendre soin d'eux. Enfin, trop de philosophie pour aujourd'hui. Il va s'effondrer sur le lit et quelques secondes après il s'endort. La douche et le lit ont eu raison de lui.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyJeu 21 Nov - 6:50

Quelle idée, prendre le risque de faire des cauchemars, pour quelque raison que ce soit. Titian soupira sous la douche et s'appuya contre le mur pour se détendre, au maximum sans s'endormir sur place. Il se retrouva tout à coup dans un état second, en plein festival. Mais tout le monde marchait sur des échasses et portait des masques. Il se mordit l'intérieur de la joue pour revenir dans l'instant présent et se réveilla un peu surpris, appuyé en avant contre le mur, le front contre son bras. Il ne se rappelait pas d'avoir adopté cette position. En haussant les épaules, il termina de se laver et sécher les cheveux ; quand il revint à la chambre, Neil était complètement endormi.

Il sourit et le couvrit d'un drap pour qu'il ne prenne pas froid en dormant, s'habilla et sortit sur le palier pour passer un coup de téléphone. Il avait besoin de savoir comment se passaient les choses à Edimbourg. Son collègue de la mairie le rassura, ils parlèrent des pigeons et du nouveau monument, une statue de bronze noir qu'ils avaient l'air de beaucoup aimer. Il fit quelques blagues et revint dans la chambre pour regarder Neil dormir.

Il fallait qu'il dorme lui aussi, mais son moment d'absence dans la douche lui avait donné un aperçu de ce que seraient sans doute ses rêves, et il n'était pas pressé de les retrouver. Et puis, si Neil faisait vraiment un cauchemar, il valait mieux qu'il soit réveillé pour s'en rendre compte. Titian se mit en t-shirt, trop fatigué pour fouiller dans les valises en quête des pyjamas. En quelques secondes, il s'endormit malgré lui à côté de Neil et laissa la main sur son épaule au cas où, pour le sentir bouger.

Le festival était orageux mais calme. Quelque chose allait se produire, mais personne ne savait quoi, tout le monde attendait. De lourds nuages pesaient sur les tentes à perte de vue et quelques gouttes de pluie tombaient par moment. Titian levait les yeux pour essayer de percer cette chape de plomb, il aurait voulu s'envoler pour s'enfuir au-dessus, voir ce qu'il y avait. La voix de son collègue résonnait dans le lointain, il essayait de le convaincre de se rendre à une fête de la haute société. Plus sûr, en vase clos, plus luxueux, plein de bonnes relations. Il pouvait lui présenter des gens intéressants.

"Non, ça va. C'est pas la peine."

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyLun 25 Nov - 6:41

Un pas devant l'autre sur les pavés de la ruelle. L'écho se répercute contre les façades aux pierres polies par le temps des immeubles. L'univers est dans les camaïeux de gris. Le ciel est noir d'encre, aucune lune à l'horizon. Un pas après l'autre, Neil s'avance dans cet univers cru et froid. Il a une direction, un but mais il ne le connaît pas. Pourtant, il le sent simplement. Mais plus il avance et plus ses poils s'hérissent - cela apparaît sur son corps endormi. Le froid commence à s'insinuer dans sa chair - refroidissant sa peau endormie. Mais il ne peut pas s'empêcher d'avancer, toujours un pas après l'autre. Toujours l'écho résonnant.

Peu à peu, la brume se lève. De filaments de brume se glissent sur les pavés au devant de lui. Bientôt, un bruit de fête se mêle avec l'écho de ses pas. Le regard bleu de Neil, seule couleur de cet univers, se lève vers l'avant. La brume enveloppe tout le bout de la rue cachant ce qu'il y a sur la place qui devait y avoir au bout. Mais comment sait-il qu'il devait y avoir une place ici. C'était inscrit dans sa mémoire comme si il connaissait cette ville. Est-ce une ville qu'il a déjà visité ? Habité ? Il tend la main vers la brume et pénètre à l'intérieur. Un froid humide prend sa main et s'enroule autour de celle-ci avant de la serrer pour le forcer à rentrer entièrement dans la brume. Alors qu'il pénètre dans la brume, le bruit de la fête foraine s'élève autour lui.

Dans le brouillard, des clowns qui font des grimaces, des bouffons sur des échasses qui jonglent, un grand chariot de parade avec des équilibristes et des voltigeurs. Ils tournent autour de Neil, l’entraînent dans leur danse effrénée. Mais leurs regards sont froids, leurs consistances sont vaporeuses. Neil frissonne d'horreur. Il est dans une parade fantomatique ? Démoniaque ? - Il se recroqueville dans le lit en tremblotant. Où est-il ? Alors que les gens de la parade l'amènent quelque part dont il ignore la direction. Leurs rires d'outre-tombe lui font grincer des dents.

Comme sur un échiquier, les pièces se déplacent et se placent dans une stratégie dont le joueur n'est pas au courant. Neil voit les pupilles rouges qui l'entourent et dansent autour de lui. D'un coup, des doigts lui lacèrent les épaules et un visage blême se rapproche. C'est l'image même du vampire. Des crocs qui se plantent dans son cou. Il est paralysé par la peur avant de lâcher un cri d'horreur qui se répercute hors de son rêve.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyLun 25 Nov - 7:17

Evidemment, le collègue n'avait pas pu s'empêcher de rappliquer. Ils étaient deux camps face à face, maintenant. D'un côté, les gens de la mairie, de l'autre, les saltimbanques. Neil avec son serpent autour du cou et son costume d'Islay était un peu entre les deux, ce qui rassurait Titian. Au moins, ils étaient deux. Il essayait d'expliquer sa propre position aux uns et aux autres, à ses parents notamment, mais aussi à son collègue qui commençait à adopter une attitude criarde assez peu caractéristique. Tout le monde était tendu, en fait, comme si les deux camps s'apprêtaient à se battre. Le sol était de plus en plus humide et mou sous leurs pieds, l'herbe trempée laissait la place à de la tourbe, et à ses traîtrises.

Titian se raccrocha à l'épaule de Neil en l'entendant crier. Il ne fallait pas qu'il s'enfonce dans les sables mouvants. Il aurait été plus logique de s'éloigner de lui, si c'était l'endroit qui posait problème, plutôt que de se rapprocher ; et puis, il aurait pu aller chercher une corde. Mais Titian était tout simplement en train de se réveiller, il n'était plus gouverné par la logique. Il rouvrit les yeux pour trouver Neil complètement recroquevillé et tremblant, les dents serrées, visiblement pris dans un cauchemar. Et voilà, ça n'avait pas manqué. Il ne savait pas quelle heure il était pour sa part, le temps dans son rêve s'était étiré jusqu'à ce qu'il en perde complètement la notion. Il ramena son ami contre lui en essayant de le réveiller d'une voix prudente, en l'enlaçant avec une sorte d'inquiétude endormie.

"Ouvre les yeux. On est sauvés maintenant."

D'un côté, il voulait que Neil se réveille et lui explique ce qui lui était arrivé ; d'un autre côté il voulait qu'il se rendorme paisiblement, pour pouvoir faire de même. Dans tous les cas, il songea tout à coup qu'il le tenait d'une manière un peu ambiguë. Il avait presque le visage contre son cou, les lèvres à quelques millimètres de sa peau. Une main perdue dans ses cheveux, l'autre qui caressait son dos pour l'apaiser. Ils auraient aussi bien pu être deux amoureux sur une piste de danse. Ce n'était pas un souci en soi, mais... quand il se rappelait à quel point ils se méfiaient l'un de l'autre, au début de leur relation, il se surprenait lui-même. Ces démonstrations de tendresse avaient l'air d'appartenir à une autre vie. Comme s'il avait imité Mehen et abandonné sa peau pour s'en refaire une nouvelle, moins hostile aux contacts.

C'est vrai qu'il avait peur des contacts parce qu'il avait l'impression d'avoir mal partout. Il eut un petit sourire. Tiens, voilà quelque chose qui allait amuser Neil.

"C'est moi qui ai été blessé cette fois," murmura-t-il avec un rire dans la voix, "et c'est très bien. La vraie douleur est supportable. La douleur imaginaire – faut juste que j'arrête de l'attendre. Je me sens vraiment mieux."

Il avait envie de le remercier, mais là, ce serait devenu vraiment confus. Il préféra se taire et respirer calmement, en attendant que les cauchemars s'en aillent.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Neil Ross
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 16/05/2019 MESSAGES : 389 POINTS : 2759 AVATAR + CRÉDITS : Richard Madden LIEU D'HABITATION : New Town
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 26 Nov - 6:25

Neil tremble sous les crocs de ce vampire. Pourquoi un vampire dans un cortège de clowns fantomatiques ? De voltigeurs ricaneurs et de bouffons squelettiques. Avait-il tout mélangé ? Sûrement mais pour le moment, il est paralysé. Tellement qu'il se demande si ce n'est pas un poison paralysant qu'il lui injecte dans les veines au lieu de boire son sang. Il sent le vampire le prendre dans ses bras après lui avoir pris l'épaule. Non, non... Neil ne savait plus si il devait se débattre ou alors céder à lui en fermant les yeux pour que l'inévitable passe plus vite. Il repense en plein rêve de Traum et le dragon avec sa licorne. Est-ce ça qu'il ressent quand il se fait mordre ? Autre chose ? Il est froid. C'est ça perdre sa vie ? C'est comme si on le plonge dans une eau glaciale. Il se fait engloutir.

Non, on n'est pas sauvés. Neil se laisse glisser dans l'engourdissement du froid humide. Mais la chaleur faible qu'il sent contre son corps, le ramène peu à peu dans la réalité. Il papillonne des paupières une ligne d'épaule. Ce n'était pas un rêve ! Ce n'était pas un rêve ! Neil se tend un peu attendant la morsure mais rien... non pas rien, juste un souffle sur son cou qui lui donne des frissons qui remontent le long de son dos. Quand il sent la main dans son dos qui éparpille les frissons, il est surpris. Il prête un peu plus attention aux détails. La main sur le dos, celle dans les cheveux, le reste déjà dit et enfin les cheveux blonds qu'il connaît. Quand il a reprit totalement conscience de la personne en face de lui, il s'accroche à lui en le serrant contre lui. Il passe les bras autour de sa taille et enfouie sa tête dans son cou aussi. Il se calme lentement dans cette position.

Neil écoute sa phrase ne la comprenant pas. Pourquoi c'est lui qui se sent mieux alors qu'il le console de son cauchemar. Il reste silencieux pendant un long moment sans lâcher Titian. Il ne veut pas qu'il parte. Il sourit doucement en le berçant pour se donner de la contenance face à ce mauvais rêve.

Merci, Ti. Merci de m'avoir sorti du rêve. Il attend quelques secondes. Je suis heureux de savoir que tu te sentes mieux et si j'y suis un peu pour quelque chose, aussi Il est encore un peu dans les brumes Je veux dire que je serais heureux d'y être un peu pour quelque chose

Il reste dans ses bras et referme les yeux juste pour profiter du calme de la pièce et de calmer son coeur suite à cette parade démoniaque. Il est aussi effréné que si il avait vraiment dansé avec ces personnes posthumes et ignobles. Il ne sait pas trop si son rêve doit être interprété ou non.

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titian Murony
I'm Scared
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2019 MESSAGES : 258 POINTS : 2274 AVATAR + CRÉDITS : Bradley Soileau - Crédits : Caesar LIEU D'HABITATION : Newtown - Un clapier à lapins à côté d'un voisin cinglé EMPLOI/ÉTUDES : Fauconnier urbain ~ scénariste X
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 EmptyMar 26 Nov - 10:56

C'était bizarre d'être encore tout endormi et d'avoir l'esprit aussi clair. On dit que parfois les idées de génie et les déclics importants arrivent pendant le sommeil, quand les rêves permettent au cerveau de se dire des choses qu'il fuit d'habitude. Titian avait l'impression que des points se reconnectaient. C'est drôle, il aurait cru que ça lui ferait cet effet le jour où il devinerait qui était responsable de ces horribles manigances avec les plumes. Et finalement, ça n'avait rien à voir. Il regardait le visage de Neil se calmer petit à petit, et il se sentait responsable, d'une façon agréable pour une fois.

C'était un échange équitable. Ils progressaient ensemble. Enfin, on appelait ça un progrès si on aimait la direction dans laquelle ils se dirigeaient, bien sûr. Quelque chose lui disait que le public de son rêve n'aurait pas forcément eu cette impression. Mais pour eux, c'était plus agréable ainsi. En tout cas, ils souffraient moins. Ils s'étaient trompés, chacun de son côté, en se disant que la solitude était une bonne solution. Bien sûr, il ne pouvait faire cet aveu que pour lui-même, mais il savait bien que Neil se l'était fait aussi de son côté, depuis un petit moment. Probablement depuis l'histoire avec le tigre ?

"Je ne sais pas si tu te souviens, mais j'avais peur qu'on me touche, quand on s'est rencontrés. C'était stupide mais j'avais peur qu'on me blesse. Enfin, j'attendais qu'on me blesse, tu vois. C'était la réaction normale. Je me disais que j'étais coupable de toute façon, j'élevais ces oiseaux horribles qui attaquent les gens, il y avait quelque chose de méchant chez moi. Comme si je collectionnais des armes et que je culpabilisais en même temps. C'est exactement ce que je faisais."

Il releva les yeux pour regarder les oiseaux dans leur coin, qui dormaient aussi, roulés en boule pour des poules sur leur perchoir. Comme d'habitude, Iskandar avait la tête vautrée bizarrement sur le côté. Il ne voyait pas les oiseaux de son âge faire ça, c'étaient plutôt les tout vieux qui commençaient à perdre la boule. Mais ses standards n'appartenaient qu'à lui. Iskandar aussi avait, pour reprendre la métaphore de son rêve, un smoking sur les épaules et un serpent autour du cou. Impossible de le juger d'après les règlements habituels. Il échappait à l'ordre du monde, celui-là. Titian lui sourit gentiment. Si il n'avait pas été étalé dans le lit et trop paresseux pour faire un geste, il serait allé lui caresser la tête. Lui qui cherchait ses frères partout... cet oiseau l'était et il ne s'en était jamais rendu compte.

"Iskandar n'est pas un monstre, c'est un protecteur. Tu l'adores et tu ne laisserais personne lui faire du mal. Tu ne le trouves pas idiot ou limité, ou maladroit. Tu es toujours content de jouer avec lui, tu lui donnes de la valeur. Tu transformes complètement sa nature, en le regardant à ta façon."


Il revint regarder Neil en face et réfléchit une seconde. Il aurait dû être un peu paniqué en ce moment, mais rien ne se déclenchait. Ce type complètement cinglé en face de lui, qui connaissait des gangsters et piquait des crises pour des histoires d'imaginaire ou de surnaturel... C'était le genre de type à fuir absolument, mais c'était clairement la personne qu'il aimait le plus au monde, à un point qui dépassait les frontières de la simple amitié. Il existait entre eux une forme d'appartenance fusionnelle et absolue. Une passion absurde, sans explication, autre que la fascination de l'inconnu dans un premier temps, qui était devenue une habitude agréable, addictive. Une... sécurité aventureuse ? Il aurait pu traduire ça par un "je t'aime" mais ça n'était pas la peine. Ils n'avaient pas besoin de ça. Ils n'étaient pas comme les autres, c'était leur marque de fabrique.

"C'est beaucoup de pouvoir pour un seul homme mais je crois que tu es la bonne personne pour exercer un tel pouvoir," conclut-il simplement. "Personne d'autre ne l'aura dans ma vie, tu te rends compte ? C'est marrant. Je te le donne, tu peux le garder. C'est ton pouvoir maintenant. Allez, essaie de te rendormir."

_________________
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Sans-titre-6
The road is long, we carry on
Try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1543-titian-murony-bradley-
Contenu sponsorisé
Je m'appelle Henri
MessageSujet: Re: The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]   The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The wind that shakes the barley [w/ Neil Ross]
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gaiman Neil - L'Étrange vie de Nobody Owens
» Rock Am Wind 26-27 juin Les Bioux (Vallée de joux)
» AMERICAN GODS de Neil Gaiman
» Wind at my back
» Gaiman Neil - Neverwhere

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hello Scotland :: The World :: Le Reste du Monde-
Sauter vers: