Partagez
 

 The weight of guilt (ft. Ian)

Aller en bas 
Neven M. McGuire
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2019 MESSAGES : 337 POINTS : 1719 AVATAR + CRÉDITS : Dacre Montgomery - Tag LIEU D'HABITATION : Un appartement dans New Town avec Ciaràn EMPLOI/ÉTUDES : Apprenti cuistot
MessageSujet: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyJeu 2 Mai - 12:19


The weight of guilt


Lundi, 11 février 2019




Un peu plus d'un mois déjà que j'étais sorti de prison. Encore cinq mois avant que mon sursit n'arrive à son terme. Revenir dans la vie normale -à considérer qu'elle est pu être considérer ainsi un jour- s'était avéré plus compliqué que prévu, principalement dû à la situation dans laquelle se trouvait ma mère qui, autant ne pas se leurrer, était une conséquence pure et simple de mes propres conneries. Aurait-elle seulement fini par se tirer de tout cela si je n'avais pas fini derrière les barreaux et que j'avais pu continuer à m'occuper d'elle ? Peut-être. Peut-être pas. Mais les si n'avaient aucune place dans cette réalité et c'était bien cela le plus difficile à encaisser : accepter l'idée que rien n'était réversible et que je me devais désormais de vivre avec ce poids sur mes épaules.

Pour autant, il n'y avait pas que du négatif. J'avais plutôt rapidement trouvé un logement après ma sortie et l'agent de probation que m'avait été assigné m'avait aiguillé dans la recherche d'une formation que je suivais depuis deux semaines déjà. Ajouté à cela le fait que, maintenant que j'étais libre, je pouvais voir Ciaràn comme bon me semblait et au moins n'avais-je plus à voir la peine dans son regard, au parloir, parce-qu'il estimait que j'avais atterri là par sa faute. Contre toute attente, je m'étais même trouvé un partenaire de boxe qui n'était autre qu'un de mes collègues, Felix. Alors quoi ? Tout ce positif ne prenait-il pas le pas sur le négatif ? Non. Voir le verre à moitié plein n'avait jamais été dans mes capacités. Et quelques jours à peine après ma sortie de taule, la culpabilité avait eu raison de ma volonté : j'avais recommencé à me droguer. Touchant à toujours plus de merdes, chaque jour, tout pour pouvoir m'endormir sans que mon esprit ne soit constamment rongé par les résultantes de mes actes. C'était destructeur, bien trop éphémère, mais c'était la seule solution que j'avais pour ne pas crouler sous ce foutu poids de culpabilité. C'était devenu nécessaire.

Pour aujourd'hui cependant, je devrais me montrer clean, au delà de tout soupçon. C'était devenu une habitude chez moi évidemment, aucune des personnes qui m'entouraient ne se doutaient du fait que mes addictions étaient encore bien d'actualité, mais là ce serait différent. Parce-qu'il ne s'agissait pas de n'importe qui et qu'au moins faux pas le type pourrait me renvoyer en cellule. Essayant de compenser une certaine nervosité, je tirais nerveusement sur ma cigarette tout en marchant jusqu'au bâtiment où il travaillait. Quand enfin j'arrivais, j'arborais cette expression habituellement lasse, égale à moi-même. Me présentant à l'hôtesse de l'accueil, elle m'intima d'attendre le temps qu'elle prévienne mon agent de probation de mon arrivée. Nous n'avions pas refixé de rendez-vous depuis le début de ma formation mais, de ce que j'en savais, mon formateur était chargé de lui faire des retours en cas de problème ou de soupçons. Ce qui n'était évidemment pas arrivé jusqu'à présent. Après tout, je donnais parfaitement l'image de ce type qui remontait la pente et se battait pour s'en sortir. Personne n'avait à savoir que me battre contre mes propres démons était bien plus compliqué. Restait qu'à espérer que l'entrevue ne durerait pas trop longtemps.

code by bat'phanie

_________________

What now ?

♪♫♪ #829075  ©️shinouh




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t976-neven-m-mcguire-dacre-m
Ian Holmes
I don't care
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2019 MESSAGES : 212 POINTS : 916 AVATAR + CRÉDITS : Alexander Skarsgard | Doom days LIEU D'HABITATION : Appartement - Old Town EMPLOI/ÉTUDES : Agent de probation et d'insertion
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptySam 4 Mai - 15:52

The weight of guilt
Ce n'est qu'une formalité.
Pour certains des anciens condamnés que tu suivais, tu avais un mauvais pressentiment. Tu avais beau être du genre optimiste, une poignée des hommes et de femmes semblaient être destinés à rester au fond du gouffre, à répéter inlassablement les mêmes erreurs jusqu’à la fin. Pour d’autres, ils faillaient attendre qu’ils soient prêts afin de pouvoir les remonter à la surface. Attendre qu’ils réalisent l’état de leur vie et prennent conscience que ça ne pouvait pas continuer. Là, alors, ils s’animaient d’une détermination à toute épreuve, ce qui te mâchait le boulot et que tu ne revoyais plus après la période de suivi. Tu les croisais parfois en ville, avec une famille fraîchement créée. Tu adorais les Happy End du genre, elles te permettaient de mieux supporter ce poste que tu haïssais depuis des années.

Tu pensais que Neven McGuire faisait partie de la catégorie restante : ceux qui se bougeaient d’eux-mêmes, se reprenaient après la première condamnation, ne voulant plus jamais revivre ça. Il n’avait aucune raison de replonger. Malgré sa situation familiale, il avait réussi à s’intégrer dans la formation que tu lui avais trouvée. Il avait réussi à faire bonne impression auprès de tout le personnel travaillant à ses côtés et tu savais que ce n’était pas facile, lorsqu’on sortait de prison. Tu n’avais eu aucune raison de t’inquiéter. Les rendez-vous n’étaient qu’une formalité, vérifié son ressenti, répondre à des éventuelles questions et remplir la paperasse demandée.

Lorsque le téléphone sonna, tu décrochas rapidement, te doutant qu’il s’agissait de l’accueil t’informant de son arrivée. Tu te levas de ton bureau, rejoignant le hall où il t’attendait. « Monsieur McGuire. Bonjour. Je vous en prie. » Dis-tu en lui tendant une main en guise de salut avant de désigner la porte menant à ton bureau. Il avait l’air en forme, rien à avoir avec les junkies en manque défilant habituellement dans ce bâtiment. Tu lui ouvris la porte, lui faisant signe de rentrer et de s’installer sur l’une des deux chaises faisant face à ton bureau, avant de te raviser. « A moins que… J’aimerais vous faire faire un test de dépistage de drogues. Autant le faire maintenant. » Tu te dirigeas vers tes tiroirs à la recherche du kit stérile contenant le petit verre en plastique redouté par tant d’anciens criminels. Mais pour Neven McGuire, tu étais certains qu’il ne s’agissait que d’une formalité. « Après-vous. Les toilettes sont au bout du couloir. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1021-ian-holmes-alexander-s
Neven M. McGuire
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2019 MESSAGES : 337 POINTS : 1719 AVATAR + CRÉDITS : Dacre Montgomery - Tag LIEU D'HABITATION : Un appartement dans New Town avec Ciaràn EMPLOI/ÉTUDES : Apprenti cuistot
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyLun 6 Mai - 20:50


The weight of guilt

Laissant voguer mes prunelles claires sur les affiches qui ornaient les murs de la salle d'accueil, je détournais mon attention pour la poser sur mon agent de probation lorsque celui-ci arriva. Serrant sa main en accompagnant mon geste d'un « Monsieur Holmes » courtois en guise de bonjour, je prenais la direction de son bureau sans me faire plus prier que nécessaire. Un contrôle de routine comme il y en avait eu d'autres. Il y aurait des questions sur mon insertion, mon mode de vie, ma réadaptation à la vie normale et un tas d'autres broutilles de ce type. Ou pas.

Arquant un sourcil quand il sembla hésiter, me tournant vers lui alors que j'étais déjà près de la chaise en face de son bureau, je me renfrognais à sa demande. Un test de dépistage ? Il n'était pas sérieux tout de même ? Secouant la tête, je ne pus m'empêcher de rétorquer, espérant ne pas paraître plus louche que nécessaire. De toute façon, c'était l'esquive douteuse ou des résultats qui ne laisseraient aucune place au doute, le choix était vite fait. « Vous avez le droit de faire ça sans me prévenir à l'avance ? » demandais-je, feintant néanmoins l’innocence, tout en sachant pertinemment que oui, il avait le droit. Parce-que j'étais à sa charge, que j'étais encore en conditionnelle, et que c'était son foutu boulot de s'occuper de paumés comme moi qui, pour les trois quarts, replongeaient dans l'illégalité. Trois quarts dont je faisais malheureusement partie.

Le fait qu'il poursuive témoignait clairement que oui, il en avait le droit. Et qu'il était bien décidé à me faire passer ce test. Ne retenant pas un soupir, je prenais entre mes doigts le verre en plastique. « Il semblerait que oui » ajoutais-je en réponse à ma propre question avant de rejoindre lesdites toilettes. Quelles étaient les probabilités pour que le test soit positif ? Beaucoup trop élevées. Si je n'avais pas touché à l'ecstasy depuis trois jours et à la cocaïne depuis quatre, le cannabis datait d'hier seulement. Foutu. C'était tout ce qui me venait en tête. Foutu et fais comme un rat parce-que si je me défilais réellement il se poserait des questions, à raison.

Tâchant de calmer ma nervosité avant de ressortir des toilettes, j'inspirais profondément, essayant de trouver la meilleure méthode pour gérer ce qui arriverait sans pour autant y parvenir. Parce-qu'il n'y avait aucune bonne méthode. Assumer ses actes, c'était ce qu'il fallait faire. Les assumer et accepter les conséquences. Je le savais pertinemment, que je jouais avec le feu. Plaider ma cause ? Oui et non. Expliquer mes motivations. Mais hors de question de chercher à faire naître un quelconque sentiment de pitié chez mon aîné. Juste m'expliquer pour qu'il comprenne, et accepter la suite. Poussant la porte, je revenais dans son bureau, lui tendant le flacon tout en m'installant dans la chaise en face de lui. Inutile de lui demander comment se passerait le test, en combien de temps agiraient les pastilles colorées, ce n'était pas la première fois qu'on me collait à un tel test.

code by bat'phanie

_________________

What now ?

♪♫♪ #829075  ©️shinouh




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t976-neven-m-mcguire-dacre-m
Ian Holmes
I don't care
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2019 MESSAGES : 212 POINTS : 916 AVATAR + CRÉDITS : Alexander Skarsgard | Doom days LIEU D'HABITATION : Appartement - Old Town EMPLOI/ÉTUDES : Agent de probation et d'insertion
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyMar 14 Mai - 13:38

The weight of guilt
Ce n'est qu'une formalité.
Sa question te surpris. Bien sûr que vous aviez le droit ; les termes de la conditionnelles stipulaient clairement que l’usage de drogue était interdit. Il n’était pas question de leur poser la question gentiment et les croire sur paroles. Ou de les prévenir à l’avance afin qu’ils puissent fausser les résultats. Pris de cours, tu ne trouvas rien à répondre et ignoras la question, te contentant de lui indiquer les toilettes de l’étage. Il obéit, te laissant seul dans ton bureau. Le protocole voulait que tu entre aux toilettes avec lui, mais tu lui faisais assez confiance pour ne pas empiéter sur son intimité.

De retour sur ton fauteuil, tu attrapas son dossier et l’ouvris. Ce gosse avait merdé, du genre sérieusement. La vie qui bascule d’un claquement de doigt. Mais il était jeune et avait le droit à une nouvelle chance. Son adolescence ressemblait à une longue descente aux enfers. Peut être que sa condamnation pouvait s’avérer utile, en l’aidant à se remettre sur le droit chemin, pensais-tu. Tu te perdis dans tes esprits, t’imaginant à sa place. Tu avais eu envie de foutre le feu à l’Église un bon nombre de fois, sans jamais envisager de passer à l’acte. Tu avais été un bon garçon, un chien bien dressé. Seul tes vacances d’été passés avec tes amis te permettaient de sortir un peu du cadre. Mais, finalement, tu n’avais pas si mal tourné. Sûrement grâce à tes parents. Ils n’avaient pas été si nul, malgré ce que pensais ta sœur et Fergus. Tu n’étais pas plus heureux que ces jeunes, mais tu avais la liberté de faire ce que tu voulais sans être contraint de pisser dans un gobelet de temps à autre.

Tu te redressas lorsque Neven passa la porte de ton bureau. Tu tendis le bras, attrapant de deux doigts le flacon. Ce n’était pas un moment agréable pour toi non plus. Tu le remercias, prisonnier de ta gentillesse outrancière. Tu jetas un rapide coup d’œil à l’échantillon, la couleur n’était pas anormale, le test n’avait pas dû être coupé à l’eau des lavabos ; certains jeunes étaient prêts à tout pour passer entre les mailles. Tu attrapas le test, ouvris le capuchon afin de libérer les bandelettes. Tu dévissas délicatement le couvercle et imbiba le tout. « Plus qu’à attendre. » Dis-tu comme s’il s’agissait d’une simple formalité. Tu voulais y croire, au point de devenir aveugle aux signes de nervosités que Neven pouvait laisser paraître. « Dites-moi comment se passe votre formation ? Votre formateur est content de vous. » Tu lui adressas un sourire, cherchant à le détendre. Tous les jeunes, coupables ou innocents, étaient nerveux face à l’homme qui avait le pouvoir de les renvoyer en prison après une simple signature. Tu voulais détendre l’ambiance, faire comprendre au garçon que tu n’étais pas le méchant dans cette salle. « Et votre studio… Rien à signaler de ce côté-là ? » Tu l’observais, gardant ton sourire naïf sans prêter attention au test. 5 minutes, avant que les résultats ne soient visibles et fiables. Le temps de faire un bref état des lieux de la vie du jeune homme.


@Neven M. McGuire
Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1021-ian-holmes-alexander-s
Neven M. McGuire
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2019 MESSAGES : 337 POINTS : 1719 AVATAR + CRÉDITS : Dacre Montgomery - Tag LIEU D'HABITATION : Un appartement dans New Town avec Ciaràn EMPLOI/ÉTUDES : Apprenti cuistot
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyMar 21 Mai - 8:05


The weight of guilt

Plus qu'à attendre oui, mais pour ma part je savais pertinemment ce qu'il ressortirait de ce test. Du positif, quasiment partout, pas pour moi cependant et l'idée même que le pseudo équilibre auquel j'essayais tant bien que mal de me raccrocher ne soit brisé en quelques minutes à peine me terrifiait plus que de raison. Me laissant glisser contre le dossier de la chaise, j'avais remonté mon pied gauche sur mon genou droit, déposant mes mains croisés sur ma cuisse pour essayer de contenir ma nervosité. Pire que de la nervosité même, j'avais peur. Les jointures blanchies de mes doigts prouvaient amplement ce fait mais qu'y avait-il à faire d'autre ? Refuser le test serait revenu à la même conclusion, et menacer mon agent de probation de taire ce qu'il découvrirait n'arrangerait clairement en rien mon cas. Que se passerait-il alors ? Retour derrière les barreaux. Ma mère à nouveau laissée à elle-même dans ce putain d'hospice et Ciaràn -s'il prenait encore la peine de venir m'y voir- serait encore une fois peiné. À croire que je n'étais bon qu'à ça, décevoir les personnes qui m'étaient chères.

Déglutissant difficilement pour tenter de ravaler la boule d'angoisse qui pesait sur mon thorax, j'inspirais profondément à sa question, souriant malgré moi à la simple pensée de cette formation que je suivais. Un sourire sans doute un brin peiné, résultante directe de la sanction qui me tomberait sur le coin du nez dans quelques minutes à peine. « J'y prends doucement mes marques. Le boulot me plaît et l'ambiance avec mes collègues est relativement correcte. J'ai encore quelques difficultés à gérer les rushs mais avec le temps je suppose que je trouverai la bonne méthode » répondis-je en toute franchise, me gardant bien de dire que je n'aurais sans doute pas ce fameux temps. À cette idée, mes prunelles se posèrent un instant sur le test, ma mâchoire se crispant à l'instar de les doigts entrelacés.

Le nouvelle question de mon aîné me poussa à reporter mon attention sur lui, un bref soufflement amusé filant entre mes lèvres. « C'est sans doute l'endroit le plus sain auquel j'ai droit depuis des années alors je n'ai pas à me plaindre. Ma propriétaire veille à ce que je ne cause pas d'ennui et je fais au mieux pour ne pas lui faire de torts. » Miss Adélaïde ne tarissait en effet pas de sermons lorsqu'elle me voyait avec une cigarette entre les lèvres mais au fond n'était-ce pas de la simple bienveillance ? Elle ne posait pas d'autres questions, n'émettait aucun jugement, elle avait simplement accepté ma présence au dernier étage de sa maison, me donnant ainsi une nouvelle chance qui, pourtant, n'avait pas été suffisante pour me tirer de mon addiction.

« Je suppose que je n'ai pas à me plaindre comparé à d'autres. Un travail, un logement, un cercle d'amis qui se construit doucement... tous n'ont pas cette chance » ajoutais-je en haussant les épaules, tâchant de faire fi de l'anxiété de plus en plus grandissante qui me prenait aux tripes. Plus que quelques longues secondes avant que tout ne bascule. Quelques secondes à profiter encore un peu de cette vie posée qui aurait tout l'air d'une mascarade une fois les résultats annoncés.


code by bat'phanie

_________________

What now ?

♪♫♪ #829075  ©️shinouh




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t976-neven-m-mcguire-dacre-m
Ian Holmes
I don't care
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2019 MESSAGES : 212 POINTS : 916 AVATAR + CRÉDITS : Alexander Skarsgard | Doom days LIEU D'HABITATION : Appartement - Old Town EMPLOI/ÉTUDES : Agent de probation et d'insertion
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptySam 15 Juin - 16:53

The weight of guilt
Ce n'est qu'une formalité.
Tu continuais d'écouter, tout sourire, les réponses de Neven. C'était un garçon qui se prenait en main. Un gars mature, pas un de ceux qui sortent de prison et se retrouvent incapables de s'occuper d'eux-mêmes. Il voulait s'en sortir.  « Personne ne vous demande d'être un parfait cuistot de suite. Ca viendra avec l'expérience. »  Répondis-tu d'un ton doux. Tu te revoyais, toi, ta première année de boulot. Nerveux comme pas possible, manquant de confiance en toi (encore plus qu'actuellement), cherchant ton supérieur à la moindre question.  « D'après les témoignages des formateurs, vous n'avez aucune raison de vous inquiéter. »  L'entendre mentionner sa logeuse t'arracha un petit rire. Il avait eu de la chance ; rares étaint les propriétaires acceptant de loger un ancien condamné. Non, vraiment, la vie de Neven semblait sur de bonnes railles.  « Je suis content de ne pas être le seul à vouloir vous voir réussir. »  Tu laissas une seconde de silence, t'assurant que le jeune homme n'avait rien à ajouter.  « Bon bon bon. »  Dis-tu en te tournant légèrement pour récupérer le test. Tu l'approchas de ton visage, malgré la terrible odeur qu'il dégageait, afin de mieux pouvoir apercevoir les résultats. Presque tous les traits étaient apparus. Des minces traits rouges. Tu fronças les sourcils, attrapant la boîte afin de vérifier. Non, ils n'avaient pas modifié l'affichage des résultats. Tu reposas la boîte, regardas Neven, le suppliant du regard de t'expliquer puis soufflas par le nez et ramenas ton attention sur le test. La couleur était trop marquée pour laisser le moindre doute. Tu ne comprenais pas. Tu ne comprenais pas parce que tu ne voulais pas comprendre.

« Non-concluant. » Réussis-tu finalement à siffler entre tes dents avant de prendre le test et immédiatement le mettre à la poubelle. Tu ne relevas pas le regard pour autant. Les coudes sur ton bureau, tu enfouis ton visage dans tes mains. Tu venais de balancer un test parfaitement valide comme si de rien était, sur un coup de tête. Il pensait en avoir fini de ses bêtises, de se mouiller pour des hommes et des femmes qui ne faisaient que le décevoir.  « C'est la dernière fois. »  Murmuras-tu a toi-même. Tu te détestais, à prendre leur destin à cœur. Ils ne voulaient pas s'en sortir. Tous ne venaient à leur rendez-vous que pour éviter de retourner en prison, pas pour tes beaux yeux ni pour les conseils que tu leur prodiguais. Tu aurais juste espéré que Neven soit différent. Tu ne pouvais pas t'empêcher d'être déçu, non seulement pour toi, mais pour sa mère qui semblait en avoir bavé. Le renvoyer en prison, c'était également condamnée cette ferme à rester enfermée.  « Nous retenterons la semaine prochaine. »  Tes dents restaient serrées et ton regard fuyant. Tu étais en colère, autant contre lui que contre toi-même, mais tu tentais de te contenir. Mille paroles blessantes se pressaient pour sortir, mais tu les passas sous silence. Tu aurais voulu le faire dégager de ton bureau, rejoindre la première salle de box venu et frapper dans un sac jusqu'à ce que tes phalanges explosent. Tu n'ajoutas rien. Tes doigts frottaient ton visage, remettaient tes cheveux déjà coiffés en place, grattait ta nuque. Ta nervosité transparaissait plus que tu ne l'aurais souhaité. Et cette fichu machoîre refusait de se déserrer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1021-ian-holmes-alexander-s
Neven M. McGuire
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2019 MESSAGES : 337 POINTS : 1719 AVATAR + CRÉDITS : Dacre Montgomery - Tag LIEU D'HABITATION : Un appartement dans New Town avec Ciaràn EMPLOI/ÉTUDES : Apprenti cuistot
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptySam 15 Juin - 21:14


The weight of guilt

« Bien sûr » avais-je simplement répondu quand au fait qu'il faudrait de la pratique pour que je m'en sorte correctement au boulot. C'était une évidence oui, mais je ne pouvais m'empêcher de vouloir faire les choses de la meilleure manière possible afin de ne pas risquer de perdre cet emploi. Hochant la tête lorsqu'il fut question de mes formateur, j'inspirais doucement. Ils n'étaient pas mécontents en effet, et le seul problème qui avait pointé le bout de son nez -à savoir Felix- s'était finalement transformé en un accord plus qu'appréciable pour l'un comme pour l'autre. Au final, les personnes qui gravitaient autour de moi n'étaient pas toutes néfastes, bien moins que mois du moins. Miss Adélaïde faisait partie de ces bienfaiteurs, l'évoquer faisant naître sur mon visage un bref sourire tranquille.

Mais je n'oubliais pour autant pas que là, à quelques centimètre de mon agent de probation, se trouvait la preuve de ma rechute et lorsqu'il tendit sa main pour prendre le test, je me figeais net, inspirant profondément. Pas de surprise, le résultat serait clair et il n'aurait qu'une seule chose à dire : Allez directement en prison, ne passez pas par la case départ. Si l'idée aurait pu me faire rire il n'en n'était rien, mon air se faisant des plus tendus. Que se passerait-il une fois qu'il aurait vu la tronche de ces résultats qui, autant le dire, devaient être positifs de tous les côtés ? Déglutissant alors que mon aîné tournait son attention vers moi, j'avais gardé le silence, soutenant toutefois son regard. Qu'y avait-il à dire ? Il avait sa réponse sous les yeux. Et pourtant, ses mots n'étaient en rien en accord avec les résultats de ce test. Non-concluant ? C'était quoi ce délire ?

Sourcils froncés, je l'avais vu mettre le test à la poubelle, restant complètement sans voix devant ce geste. Entrouvrant la bouche pour dire quelque chose, je me retrouvais incapable d'aligner le moindre mot. Je m'y étais préparé pourtant, à ce qu'il me dise que ma conditionnelle était terminée, qu'il me renvoyait immédiatement derrière les barreaux. Je m'y était attendu et pourtant il semblait qu'il en avait décidé autrement. Était-il entrain de me couvrir ou pensait-il réellement que le test avait été erroné ? Hochant la tête, je soufflais un « bien » tendu lorsqu'il fut question de retenter la semaine prochaine. « C'est tout pour aujourd'hui ? » demandais-je sans détourner mon regard. Je n'étais qu'une merde, je le savais pertinemment, et si je gardais ces nombreuses dépendances pour moi, je les assumais, j'assumais ma lente descente aux enfers tout comme mon incapacité à me sortir la tête de l'eau. Ce que je n'assumais pas en revanche était cette foutue culpabilité de voir ma mère internée. Malheureusement, seules ces substances illicites me permettaient de la supporter ne serait-ce qu'un instant.






Une semaine était passée depuis ce rendez-vous pour le moins étrange. Et nous nous revoyions pour refaire ce foutu test, sans doute devrait-il le transmettre à Dieu savait qui. Ne me privant pas pour saisir ma chance de ne pas retourner au trou, j'avais tâché de me sevrer sur les six derniers jours. Acte bien trop difficile qui se lisait clairement sur mon visage, principalement par ces cernes qui prouvaient que le sommeil n'était plus que de l'histoire ancienne, la nervosité dû au manque qui m'animait n'était qu'un détail parmi l'angoisse et le désarroi le plus total.

À nouveau installé sur cette chaise, en face de son bureau, j'avais porté mes doigts à mes lèvres, attaquant mes ongles alors que ma jambe battait nerveusement le sol. Le silence était pesant, tout comme les regard lourds de reproches de Holmes. Attendre, encore, que le test soit négatif, avant de pouvoir retourner à ma petite routine de toxico, prenant sur moi pour ne pas lui demander la raison de son acte. Parce-que le dire à haute voix risquait de briser ce sursit qu'il m'accordait. Était-ce réellement cela d'ailleurs ?


code by bat'phanie

_________________

What now ?

♪♫♪ #829075  ©️shinouh




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t976-neven-m-mcguire-dacre-m
Ian Holmes
I don't care
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2019 MESSAGES : 212 POINTS : 916 AVATAR + CRÉDITS : Alexander Skarsgard | Doom days LIEU D'HABITATION : Appartement - Old Town EMPLOI/ÉTUDES : Agent de probation et d'insertion
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyMer 18 Sep - 15:48

The weight of guilt
Ce n'est qu'une formalité.
Assis à ton bureau et les dents serrées, tu attendais que ces fichus résultats s'affichent. Tu étais presque aussi nerveux que le jeune homme, tapant nerveusement du pieds. Il avait une mine affreuse. Vraiment. Tu avais vu des hommes passé à tabac ayant une meilleure tronche que Neven ce jour-là. Tu aurais pu lui dire, si tu étais un connard cynique comme tes collègues. En réalité, tu avais été soulagé : il avait la gueule du junkie en manque, et c'était ce que tu voulais.

L'ambiance était particulièrement lourde. Tu ne disais rien, lui non plus, et le test n'affichait toujours pas ces satanés résultats. Dans ta tête, tu tentais de formuler les mille choses que tu n'avais pas osé lui dire la dernière fois. Personne n'avait remarqué. Tu n'avais pas été viré. La semaine t'avait permis de prendre du recul. Tu avais fait le bon choix, en jetant les résultats. Renvoyer Neven en prison n'aurait fait que créer un cycle prison - libération - rechute dont il ne serait peut-être jamais sorti. Là, tu avais une vraie chance de l'aider. Alors pourquoi ne parvenais-tu pas à le regarder dans les yeux ?

Le moment tant redouté arriva. Délicatement, tu retiras le test du gobelet d'urine et le tourna afin de pouvoir voir les résultats. Valide et négatif. Un long soupire s'échappa de tes poumons. « Parfait. » Ce simple mot venait du coeur et était sorti sans prévenir. Tu passas la main sur ton visage, comme pour te réveiller. « Et il faut impérativement que ça continue ainsi. » Ta voix était teintée d'une dureté (toute relative) qui ne te ressemblait pas. Rapidement, le ton devint plus doux, plus paternel, mais le niveau sonore baissa afin d'être sûr que seul l'ancien délinquant pouvait t'entendre. « Nous sommes là-dedans tous les deux, maintenant. Je suis naïf, mais pas au point de croire que tout va subitement s'arranger dès aujourd'hui. » Tu marquas une pause et déglutis, réalisant ce qu'il était en train de faire. Tu était en train de putain de comploter. Tu mettais ta vie en péril pour un sale gosse ingrat, et pourtant ça te semblait être la bonne chose à faire. « Ce que j'attends de toi, c'est des énormes efforts pour te sevrer et surtout, de la communication entre nous. » Tu te trouvais étonnamment bon à ça. Petit à petit, tu prenais de l'assurance.  « D'abord, trouve toi une vrai raison d'arrêter. "Ne pas finir en prison" risque de ne pas être suffisant longtemps. Tu as besoin d'un plan pour l'avenir et d'un ou deux très bons amis. » Tu t'arrêtas enfin, lui laissant une chance de s'exprimer. Tu avais peur qu'il t'envoie balader, comme certains auraient pu le faire, en te reprochant de ne rien savoir de leur vie et de ce que c'était de se battre contre des addictions diverses et variées.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1021-ian-holmes-alexander-s
Neven M. McGuire
I'm a little anxious
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2019 MESSAGES : 337 POINTS : 1719 AVATAR + CRÉDITS : Dacre Montgomery - Tag LIEU D'HABITATION : Un appartement dans New Town avec Ciaràn EMPLOI/ÉTUDES : Apprenti cuistot
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyVen 27 Sep - 14:33


The weight of guilt

Interminable cette attente, avec le sentiment que jamais ce foutu test n'afficherait quoi que ce soit. À dire vrai, je ne pensais qu'à une seule chose : le moment où je pourrai enfin rentrer chez moi et assouvir le manque considérable qui foutait mon corps et mon esprit dans un état franchement à fleur de peau. Gérer le boulot avait été compliqué, même la boxe n'avait pas suffit à décharger toute l'angoisse et la rage qui s'animait en moi alors oui, me remettre à prendre toutes ces merdes était la seule solution viable que j'avais. Pas prêt pour une réellement désintox apparemment, même pas envie d'être prêt à dire vrai, parce-que m'abrutir de la sorte était plus facile que de porter la culpabilité et le manque, à n'en pas douter.

Voyant mon agent de probation prendre le test, j'inspirais, gardant l'air dans mes poumons comme si cela aiderait à supporter l'annonce qui allait tomber alors que mes dents s'acharnaient de plus en plus sur mes doigts et que ma jambe n'avait de cesse de battre la mesure sur le sol. Parfait. Un simple mot qui suffit à me faire relâcher la pression, mes épaules s'affaissant un brin alors que je croisais mes bras contre moi, mes doigts s'accrochant presque fiévreusement à mon sweat. Ce stress était passé, mais l'anxiété du manque restait toujours bien trop présente. À son ordre, je baissais le regard, opinant du chef comme un gosse pris sur le fait. Au fond c'était le cas mais il y avait bien plus que cela : Holmes m'avait couvert, il avait risqué sa place en ignorant les résultats du premier test et me donnant la chance de ne pas retourner fissa derrière les barreaux. Ce n'était pas de la honte à dire vrai, loin de là même, c'était plutôt une marque de respect. Il avait sauvé mon cul et en contre partie je m'engageais à ne pas faire plus de vagues. Même si cela sous-entendait le fait de devoir être clean pour chaque entretien et donc m'infliger un manque considérable à chaque fois.

Comme si le blond lisait dans mes pensées, il affirma être conscient que tout ne s'arrangerait pas aussi facilement, me poussant à souffler un bref « je sais » qui mêlait culpabilité et nervosité. Il n'était pas naïf à ce point non, tout comme je n'étais pas con au point de prendre le risque de foutre sa propre vie en l'air. J'étais déjà responsable de la situation de ma mère, sûr que je ne supposerais pas un poids en plus à porter, même si je ne pourrai en effet pas m'arrêter aussi facilement. La suite de ses propos, presque rassurants au vu de son ton presque doux, m'arrachèrent un bref soufflement à la fois amusé et résigné. Avais-je seulement envie de fournir ces efforts ? Avais-je seulement les épaules pour ? Me mettant à mordiller nerveusement ma lèvre inférieur, intégrant doucement ses paroles, je ne relevais toujours pas le nez vers mon aîné. Il avait raison quant au fait que la simple idée de finir en prison ne me pousserait pas à arrêter, il fallait plus, bien plus, mais à dire vrai, j'avais juste le sentiment d'être redevenu ce gosse complètement perdu et impuissant face à la vie qui le traînait plus bas que terre. Ce gosse qui avait perdu son père puis, plus douloureusement encore, qui avait vu sa mère plonger dans les pires trucs sans pouvoir sortir la tête de l'eau au point de finir comme une putain de psychosée à l'asile. Ce gosse qui avait dû grandir trop vite pour ne pas couler complètement avec elle sans même se rendre compte qu'il reproduisait le même schéma.

Après de longues secondes, je me risquais enfin à lever les yeux vers mon vis-à-vis, le regard sans toute trop vitreux et anxieux, le teint trop pâle. De la communication, c'était ce qu'il voulait. Peinant d'un seul coup à trouver mes mots, ne sachant même pas réellement ce que je voulais dire, j'inspirais. « Je sais qu'il me faut une raison pour arrêter mais je... Je sais juste pas comment m'en sortir » avouais-je en haussant les épaules, soutenant son regard malgré la peine et la détresse qui devait s'y lire. « Vous avez sans doute eu mon dossier et devez savoir que ma mère a été placée en hôpital psy... Si je n'avais pas atterri en prison ça ne serait pas arrivé, j'aurais pu continuer à m'occuper d'elle comme je le faisais depuis que mon vieux est parti, alors... je ne gères juste pas la culpabilité, j'y arrive pas. » Jouer franc jeu et être transparent. Je lui devais au moins cela pas vrai, après ce qu'il avait fait pour moi. Me rendant compte cependant que je devais faire sérieusement pitié, je fronçais les sourcils, secouant la tête. « Et je ne raconte pas cela pour avoir droit à de la pitié ou me trouver des excuses. Je sais que j'ai merdé, que c'est encore le cas... Je peux m'en prendre qu'à moi pour tout ça mais puisque vous parlez de communication, autant que je sois honnête. » Évidemment, je ne pouvais pas m'en prendre qu'à moi, pas totalement. Parce-que ce qui était arrivé, le vol des examens, l'accident, avait été pour Ciaràn, mais il m'était impossible de lui en vouloir, tout comme il m'était impossible de lui demander son aide sans risquer de reporter sur ses épaules ma propre culpabilité.



code by bat'phanie

_________________

What now ?

♪♫♪ #829075  ©️shinouh




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t976-neven-m-mcguire-dacre-m
Ian Holmes
I don't care
Je m'appelle Henri
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2019 MESSAGES : 212 POINTS : 916 AVATAR + CRÉDITS : Alexander Skarsgard | Doom days LIEU D'HABITATION : Appartement - Old Town EMPLOI/ÉTUDES : Agent de probation et d'insertion
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) EmptyLun 11 Nov - 21:36

The weight of guilt
Ce n'est qu'une formalité.
À ta grande surprise, Neven s'ouvrit après quelques secondes de silence. Son regard semblait hurler de douleur mais tu te sentais impuissant. Mais il parla. Et ça, c'était un début qui te rendais fier. Parce que tu avais réussi à agir selon tes valeurs et non selon les règles, qui auraient voulu que tu lui offres un billet de retour pour la prison la plus proche. Seulement, tu venais de t'impliquer dans un truc sans vraiment savoir de quoi il s'agissait, ou ce que tu allais vraiment devoir faire. Pas de retour en arrière possible. Un saut dans l'inconnu. Tu accordais toute ta confiance à un junky qui ne t'avait donné aucune raison de le croire. Et pourtant, tu avais besoin de sortir de la routine, d'appliquer les règlements en faisant taire ton empathie et érodant ton humanité.

Tu l'écoutas sans rien dire. Ta bouche était figée dans une légère surprise, tes lèvres restant espacées d'un ou deux centimètres. Tu avais beau lire tous les articles à ta portée concernant les addictions, participer régulièrement aux formations proposées par l'institution, être à l'écoute des anciens prisonniers que tu suivais, tu ne pouvais pas prétendre savoir ce que Neven endurait. Tu n'avais jamais été accro à la moindre substance, sauf peut-être au ramen de l'asiatique de ton quartier. Tu entendais sa douleur, tu comprenais comment il avait pu en arriver là, mais ignorait quoi lui répondre en dehors des phrases toutes faites que l'on retrouvaient dans les dépliants colorés dormant dans ton tiroir. Tu n'étais jamais passé par là. Ta vie avait toujours été confortable et tu en avais presque honte, finalement. Tu étais là, à semer discours et morales à des jeunes comme si tout était de leur faute, quand tu te rendais bien compte qu'on ne partait pas tous avec les mêmes cartes en mains. Tu lui offris un regard désolé et secouas lentement la tête en signe de dépit. « C'est bien d'en parler. » Dis-tu , te rendant compte que tes mots sonnaient creux. Ce n'était pas à la hauteur de son aveu à lui. Il se mettait à nu devant toi, acceptant de te faire confiance et écoutant ton conseil quant à la communication et tu avais le sentiment de ne pas mériter autant, vu ce que tu venais de répondre. « Je suis désolé. J'ai beau être l'adulte et figure d'autorité dans ce bureau, je n'ai jamais été dans une telle situation alors je n'ai pas de paroles miracles pour te sortir de là. » Tes mains virent frotter ton visage, dissimulant tes angoisses qui rongeaient le masque. Ce n'est qu'à ce moment-là que tu remarquas que le "vous" avait laissé place à un tutoiement qui te semblait naturel. Vous n'étiez plus réellement dans une relation d'agent de probation à ancien condamné. Des nouvelles règles allaient devoir être définies, des nouvelles limites posées.

Tu gigotas sur ton siège qui grinça sous ton poids afin de trouver une position plus confortable et gagner du temps pour réfléchir un peu plus à la prochaine chose que tu allais dire. La désobéissance civile, aider son prochain, tout ça, c'était bien beau, mais tu avais besoin de ce poste pour vivre et l'idée d'avoir un casier judiciaire à ton tour était guère réjouissante. « Il faut trouver un point de départ. Une activité qui te remplacerait petit à petit ta drogue. Tu fais de la boxe, c'est bien ça ? Investis toi plus dans ta salle, vas y plus régulièrement. Ne te laisse pas le temps de t'ennuyer chez toi. » Encore une fois, tu cherchais à avoir une voix rassurante, un ton posé et calme, mais la vitesse de ton élocution trahissait ta nervosité. Tu lui lanças un regard sérieux, cherchant à savoir ce à quoi il pensait, s'il te prenait pour un con ou s'il allait réellement essayer. « Et après, on verra au fur et à mesure. Qu'est-ce que tu en penses ? » Ce n'était pas une question rhétorique. Tu voulais savoir, parce que tu étais conscient de ne faire que tâtonner jusqu'à trouver ce qui lui permettrait de s'en sortir. Il était le premier concerné, tu devais être là en soutient et pour lui offrir un regard extérieur, d'une personne formée à la théorie, mais tu ne pouvais rien faire pour lui et contre sa volonté. Tu avais besoin que Neven soit consentant pour opérer le moindre changement dans sa vie. Et tu ne te rendais pas compte de l'ampleur du changement que tu lui demandais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloscotland.forumactif.com/t1021-ian-holmes-alexander-s
Contenu sponsorisé
Je m'appelle Henri
MessageSujet: Re: The weight of guilt (ft. Ian)   The weight of guilt (ft. Ian) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The weight of guilt (ft. Ian)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AuN Studios] Guilt
» FILET DE POULET SAUTE AU CIDRE WW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hello Scotland :: The World :: Flashback/Flashforward :: Flashback-
Sauter vers: